Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 06:30

Com­mu­niqué de presse commun d’Addameer, Asso­ciation de soutien aux Pri­son­niers et des Droits de l’Homme, Al-​​Haq et les Médecins pour les Droits de l’Homme-Israël, mercredi 22 août 2012

 

Ramallah, 16 août 2012 Les gré­vistes de la faim pales­ti­niens Hassan Safadi et Samer Al-​​Barq conti­nuent à être gra­vement mal­traités par le Service des Prisons Israélien (SPI), sous les formes de bru­talité phy­sique et de torture psy­cho­lo­gique.

              Addameer, Al-​​Haq et les Médecins pour les Droits de l’Homme-Israël (PHR-​​I) expriment leur extrême indi­gnation devant les récents inci­dents vio­lents qui ont laissé ces détenus, en grève de la faim pro­longée, déjà affaiblis, avec un trau­ma­tisme et des bles­sures. M. Al-​​Barq en est aujourd’hui à son 87e jour de grève de la faim, qu’il n’a com­mencé qu’une semaine après la fin d’une grève de la faim pré­cé­dente de 30 jours ; M. Safadi en est aujourd’hui à son 57e jour de grève de la faim, qu’il a aussi com­mencé peu de temps après la fin de sa grève de la faim pré­cé­dente de 71 jours.

           

            Lors d’une visite de l’avocat d’Addameer, Fares Ziad, le 14 août, M. Safadi a raconté l’incident violent le plus récent, qui s’est produit le jour pré­cédent. A 9 h environ, le 13 août, des gardes du SPI sont entrés dans la pièce d’isolement que M. Safadi partage avec son com­pagnon en détention admi­nis­trative, M. Al-​​Barq, à la cli­nique médicale de la prison de Ramleh et ont annoncé leur intention de déplacer les deux gré­vistes de la faim vers une autre pièce pour les mettre avec d’autres pri­son­niers de la cli­nique médicale qui ne sont pas en grève de la faim.

           M. Safadi et M. Al-​​Barq ont refusé le transfert, en consi­dérant que c’était une ten­tative sup­plé­men­taire de faire pression sur eux pour qu’ils rompent leur grève de la faim en les entourant de per­sonnes qui seraient régu­liè­rement en train de manger devant eux.

          Après qu’ils aient refusé d’être déplacés, les gar­diens de prison israé­liens s’en sont pris à la fois à M. Safadi et M. Al-​​Barq. Pendant l’attaque, la tête de M. Safadi a été à deux reprises vio­lemment tapée contre la porte de fer de la cellule, ce qui l’a fait tomber, incons­cient, sur le sol.

          Des gar­diens de prisons l’ont alors traîné à travers le ves­tibule pour que tous les pri­son­niers le voient. Plus tard cette nuit, vers environ 22 h, M. Safadi et M. Al-​​Barq ont été emmenés vers une autre pièce d’isolement dépourvue de matelas.

          Comme résultat de ce trai­tement cruel, inhumain et dégradant, M. Safadi a ensuite annoncé qu’il arrê­terait de boire de l’eau qui a été jusqu’ici son seul moyen de sub­sis­tance tout au long de sa grève de la faim. Pour pro­tester contre la bru­talité du SPI, les autres pri­son­niers à Ramleh ont com­mencé aussi à ren­voyer leur repas.

          

            M. Safadi et M. Al-​​Barq restent en grève de la faim pour pro­tester contre le renou­vel­lement de leur ordre de détention admi­nis­trative suite à la conclusion en mai de la grève de la faim de masse des pri­son­niers pales­ti­niens. M Safadi a été expli­ci­tement inclus dans l’accord mettant un terme à la grève de la faim et sa libé­ration lui a été garantie à ce moment à la suite de l’expiration de son ordre –une pro­messe qui n’a pas été tenue.

           

              Une décision finale quant à l’allongement de la détention de M. Safadi a été consé­quemment ren­voyée à plus tard par un juge mili­taire israélien et n’a pas été prise à ce jour.

               Deux autres détenus pales­ti­niens empri­sonnés en Israël sont actuel­lement en grève de la faim. Ayman Sha­rawna et Sameer Al-​​Issawi, en sont res­pec­ti­vement à 47 jours et 16 jours. Les deux détenus sont d’anciens pri­son­niers qui ont été libérés lors de l’accord d’échange de pri­son­niers d’octobre dernier et qui ont été pos­té­rieu­rement ré arrêtés.

            Ils sont détenus en fonction de ren­sei­gne­ments secrets et consi­dèrent leur grève de la faim comme leur seul outil pour pro­tester contre leur ré arrestation.

             Addameer, Al-​​Haq et PHR-​​I demandent ins­tamment à la com­mu­nauté inter­na­tionale d’intervenir auprès des auto­rités israé­liennes com­pé­tentes et exigent une enquête immé­diate sur ces actions condam­nables, et sur d’autres, décidées contre des pri­son­niers en grève de la faim dans le but de les briser.

Addameer, Al-​​Haq et PHR-​​I appellent pré­ci­sément :
- le Bureau des Nations Unies du Haut-​​Commissaire aux Droits de l’Homme et l’Union Euro­péenne à agir de la façon la plus vigou­reuse pos­sible pour sauver les vies des gré­vistes de la faim et pour empêcher tout mauvais trai­tement futur ;
- les députés euro­péens à porter ces cas à l’attention des auto­rités israé­liennes com­pé­tentes sans retard et a envoyer une mission d’enquête pour exa­miner les condi­tions de détention des pri­son­niers pales­ti­niens arbi­trai­rement détenus dans les prisons israé­liennes ;
- les Hautes Parties Contrac­tantes à la Qua­trième Convention de Genève et tous les Etats-​​membres des Nations Unies à faire immé­dia­tement pression sur Israël pour qu’il res­pecte le droit inter­na­tional huma­ni­taire et des Droits de l’Homme et mette fin à sa poli­tique de détention arbi­traire, et pour qu’il res­pecte les normes régle­men­taires pour le trai­tement des pri­son­niers adoptées en 1955, qui défi­nissent ce qui est géné­ra­lement accepté comme étant un principe et une pra­tique décents dans le trai­tement des prisonniers.

Traduit de l’anglais par Yves Jardin, Groupe de travail prisonniers

 

Repost 0
Published by afpslorient - dans La résistance
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 06:23

Le Monde​.fr, mercredi 29 août 2012

JPEG - 31.1 ko
AFP/​HUSSEIN HUSSEIN

Trois juges français vont enquêter sur la mort en 2004 de Yasser Arafat, après l’ouverture d’une infor­mation judi­ciaire pour assas­sinat, mardi 28 août, par le parquet de Nan­terre.         

         Cette enquête fait suite au dépôt d’une plainte contre X pour assas­sinat avec consti­tution de partie civile, le 31 juillet, par Souha Arafat, la veuve du chef de l’Autorité pales­tienne. Les noms de ces juges, désignés par le pré­sident du tri­bunal de grande ins­tance de Nan­terre, n’ont pas encore été rendus publics.

         Alors qu’il était bloqué par l’armée israé­lienne depuis près de trois ans dans la Muqata’a, son quartier général de Ramallah, "le Vieux" avait été victime d’un mal aussi fou­droyant que non iden­tifié. Il est décédé le 11 novembre 2004 à l’hôpital mili­taire de Percy, en région parisienne.

         La chaîne qatarie Al-​​Jazira a relancé le débat il y a quelques semaines sur les cir­cons­tances de sa mort, en dévoilant les résultats d’examens menés par un labo­ra­toire suisse, qui avan­çaient pour la pre­mière fois la thèse d’un empoi­son­nement au polonium.

         Selon la chaîne, les tests de l’institut radio­phy­sique de Lau­sanne avaient révélé la pré­sence, sur des vête­ments, la brosse à dents et le keffieh de Yasser Arafat, de cette sub­stance radio­active hau­tement toxique, qui a notamment servi à l’empoisonnement en 2006 à Londres d’Alexandre Lit­vi­nenko, un ex-​​espion russe devenu opposant.

         A la suite de ces révé­la­tions, l’Autorité pales­ti­nienne a autorisé l’exhumation du fon­dateur du mou­vement national pales­tinien, et le même ins­titut de Lau­sanne a annoncé ven­dredi avoir reçu le feu vert de la veuve pour exa­miner la dépouille.

 

                                           Quel intérêt pour Israël ?

                Les diri­geants pales­ti­niens et les proches de Yasser Arafat sont per­suadés qu’il est mort empoi­sonné. La popu­lation pales­ti­nienne, dès décembre 2004, sem­blait pri­vi­légier cette option. Un sondage publié le mois suivant sa mort par le Pales­tinian Center for Policy and Survey Research (PSR) concluait que "près de 72 % [des sondés] pensent qu’Arafat est mort empoi­sonné, et la plupart d’entre eux [64 %] pensent qu’Israël est res­pon­sable de cet empoi­son­nement, tandis que 22 % pensent qu’un groupe pales­tinien est responsable".

              Il n’est pas certain que les auto­rités israé­liennes aient eu intérêt à éliminer Yasser Arafat en 2004. Sa mort privait les Pales­ti­niens d’une figure fédé­ra­trice. Mais "le Vieux" était alors isolé dans son quartier général de Ramallah. Il avait perdu de l’influence en Palestine comme à l’étranger, alors que le gou­ver­nement amé­ricain s’efforçait depuis 2002 de le mettre "hors-​​jeu".

              Cette situation de blocage, alors qu’aucun nouveau lea­dership pales­tinien ne pouvait émerger pour pour­suivre le "pro­cessus de paix", servait peut-​​être davantage les intérêts israéliens.

            Evo­quant "des accu­sa­tions far­felues", le ministère des affaires étran­gères israëlien a déclaré n’être "pas concerné" par l’ouverture de cette enquête en France et "espérer [que cette der­nière] fera toute la lumière sur cette affaire".

           Souha Arafat et sa fille, Zahwa, se "féli­citent" de cette annonce, selon un de leurs avocats français, Me Pierre-​​Olivier Sur. L’Autorité pales­ti­nienne a également salué cette décision. Son pré­sident, Mahmoud Abbas, a offi­ciel­lement demandé à François Hol­lande "de nous aider à enquêter sur les cir­cons­tances du martyre de l’ancien pré­sident Arafat", a déclaré le négo­ciateur Saëb Erakat.

Lire la note de blog : Slate publie le dossier médical de Yasser Arafat

Repost 0
Published by afpslorient
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 13:26

 bonjour à tou-te-s
>
> je viens d'avoir le bateau au téléphone. Ils sont au large de Cherbourg
> et pensent arriver dimanche en fin de journée à Douarnenez. Tout va bien
> à bord.
>
> Pour celles et ceux d'entre vous qui viendront à Douarnenez (je pense aux
> Breton-ne-s surtout, qui viendraient en voiture), si vous avez du matériel
> sur le blocus, ou autre, amenez le! Et des drapeaux palestiniens. On
> espère accueillir l'Estelle en bais de Douarnenez, à bord de bateaux
> d'ici.
>
> Amicalement
>
> Claude
>

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 09:00

 Bonjour à toutes et tous

 Comme vous le savez bien, nous avons mené l'an passé une action
 importante contre le blocus de Gaza par notre campagne "un bateau français
 pour Gaza", dans le cadre de la Flottille de la Liberté 2.
 
Si nous n'avons pas voulu renouveler cette action en 2012, nous n'en sommes
 pas moins à l'écoute et solidaires des autres campagnes qui s'étaient
 mobilisées avec nous.
 
Cette année, les Suédois, avec les Norvégiens, ont décidé de tenter à
  nouveau de voguer vers Gaza. Ils ont trouvé et réparé un beau bateau,
  l'Estelle, qui fait actuellement route au sud. Ils nous ont demandé de
  les accueillir. Après une période de flottement, c'est chose faite.
  L'Estelle sera en Bretagne vers le 20 août, officiellement invitée par le
 Festival du cinéma que nous remercions chaleureusement.
 
 Le GL de Cornouaille est mobilisé mais il serait bon que les autres
 groupes bretons, et les autres!, le fassent aussi, notamment en termes
 médiatiques.
 
Nous sommes assez tard, il faudrait faire au mieux dans le temps qui reste.
>
> Si vous êtes en Finistère ou pas loin, vous pouvez venir, à la voile ou
> non, apporter votre soutien à l'Estelle et aux militants locaux!
>
> http://www.france-palestine.org/Le-bateau-suedois-est-en-route
>
> Merci, à bientôt, amicalement
>
> Claude
>

Repost 0
Published by afpslorient - dans Bateau pour Gaza
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 08:39

Jean-Yves LE GOFF et Luciana PLEIBER ont assisté aux débat du 6 au 8 juillet, ils n’ont pas été présents au débat du lundi 9 au matin, sur les prisonniers Palestiniens.

 

René GUILLERM a dû renoncer à y aller pour des raisons de santé.

Alain CHAUTANT s’est désisté pour raisons personnelles.

Pour la région Ouest, Il y avait également 2 personnes de Vannes, 1 de Nantes et 1 du Mans.

Débat autour du nucléaire, le Dimanche de 17H30 à 19H.

Présenté par :

Bernard RAVENEL , spécialiste de la question au Conseil National de l’AFPS

 

 

En 2012, il peut se passer quelque chose de grave au Moyen-Orient. Bachar Al Assad (Syrie) se dit en guerre, l’option militaire est engagée.

Les USA arment Israël en vue d’un conflit avec l’Iran, en livrant des bombes perforatrices et des avions qui pourraient être ravitaillés en vol pour atteindre l’Iran. L’Azerbaïdjan accepte de recevoir les avions Israéliens

 

« Tout cela sent mauvais », la guerre est envisagée.

L’émergence de nouvelles puissances (URSS, Chine, Brésil, Inde …, dont fait partie l’Iran permet un monde multipolaire qui remet en cause l’hégémonie Américaine.

 

Le 21ème siècle est axé sur le nucléaire et sur l’arme nucléaire, nous sommes dans une stratégie de guerre préventive : Qui attaquera le 1er ?

 

Le Moyen-Orient est l’épicentre, il contrôle les ressources, notamment en pétrole, qui vont diminuer et l’enjeu est aussi celui du contrôle des accès maritimes.

 

Aujourd’hui, il y a deux dangers principaux : Le réchauffement climatique et le nucléaire.

 

Le nucléaire donne un pouvoir terrible et est l’objet de manipulations et de dissipations.

 

L’on nous dit que la menace nucléaire vient de l’Iran mais on ne dit rien sur Israël alors que le nucléaire y existe depuis 45 ans et que ce pays refuse le traité de non-prolifération, alors que l’Iran l’a ratifié et est donc en droit de demander d’avoir la bombe nucléaire.

 

Nous avons une image fantasmée de la réalité, c’est une image inversée de l’actualité.

 

« Le monde » de Novembre 2011 titrait : « l’Iran est la bombe inversée d’Israël »

 

En fait on abandonne l’Iran et on veut la bombe pour empêcher le règlement du conflit Israélo Palestinien. L’intention du gouvernement d’Israël est d’attaquer l’Iran.

 

La France a aussi fortement aidé la nucléarisation d’Israël et l’Allemagne vient de livrer aux Israéliens, un 5è sous marin pouvant être équipé de missiles nucléaires. L’Occident joue un double jeu dangereux, il y a une réponse forte d’une neutralisation du Moyen-Orient.

 

D’où vient le nucléaire Iranien et le projet nucléaire Iranien ?

 

* La 1ère étape a été une décision de non prolifération par les USA envers les 5 puissances nucléaires dont Israël dès 1945.

 

* Dans les années 1950, les USA proclamaient « Atome for Peace » (l’atome pour la paix), la volonté des Américains était de rentabiliser leurs recherches et de proposer du nucléaire civil à tous mais ils voulaient aussi en assurer la maîtrise, contrôler le nucléaire à usage civil mais aussi militaire. La nucléarisation a été pilotée par les USA.

 

Israël a reçu des USA un réacteur dès 1954, les Français leur ont donné les moyens de gérer. L’Iran a accédé au nucléaire civil, notamment pour la recherche médicale en 1957.

 

* Dans les années 1960, Il y a eu un mouvement d’opinion important contre le nucléaire qui a déclenché le traité de non prolifération en 1968. Israël ne l’a pas signé, l’Iran l’a signé.

 

En 1967 : Israël gagne la guerre des 6 jours (guerre du Kippour) et annexe des territoires importants en Palestine.

 

* En 1974, l’Iran est à la tête de l’OPEP qui contrôle les prix du pétrole et augmente ses tarifs. Cela ne plait pas aux USA qui viennent de perdre le vietnam.

 

Une zone libre sur le nucléaire est créée avec l’Egypte, l’Inde fait ses premiers essais nucléaires en 1974. Les USA arrêtent leur coopération par peur de perdre le contrôle.

 

- Israël a le nucléaire, donc l’Iran décide de se doter aussi suite aux enjeux énergétiques et pour prévoir l’après pétrole. Les USA refusent de leur livrer des réacteurs mais la France et l’Allemagne le font, ce qui énerve les USA. En Iran apparaît un mouvement anti-nucléaire.

 

* En 1979, lors de la révolution Islamiste, l’Iran abandonne le nucléaire.

 

Puis la guerre en Irak menace l’Iran. L’Irak utilise des armes chimiques contre l’Iran, donc l’Iran veut utiliser l’arme nucléaire, elle se tourne alors vers l’URSS et la Chine.

 

* Dans les années 1990, c’est la fin du système bi-polaire. Le Moyen-Orient tente d’équilibrer la domination d’Israël. En 1993, les USA sont ouvertement contre l’Iran et l’Irak

 

* En 2003, l’Iran annonce qu’il dispose de 2 installations, cela est légal puisque cela est fait dans le respect du droit international, l’Iran enrichit lui-même son uranium.

 

L’Europe (France, Allemagne, Angleterre) est prête à un compromis mais ne tiendra pas son engagement. L’Irak arrête pour concilier.

 

Israël continue de développer son nucléaire sans aucun contrôle. Dès 1967, Israël possède l’arme nucléaire et dès 1973, dispose cet armement contre les pays arabes.

 

En 1974, la destruction du nucléaire civil Irakien sert d’expérimentation.

 

* En 2003, les USA prennent des mesures pour utiliser le nucléaire contre les pays qui s’équiperaient, l’option militaire contre l’Iran est prise.

 

* En 2010, les USA s’inquiètent de nouveau et proposent en décembre 2012 une conférence pour dénucléariser. Israël refuse d’y aller. L’Iran a accepté de dénucléariser car l’Iran estime être dans un excellent rapport de force, les grandes puissances sont affaiblies par la crise et sont prêtes à négocier.

 

Les occidentaux ont demandé à l’Iran d’exporter ses combustibles avant d’amener le leur. L’Iran a le droit d’enrichir son uranium lui-même mais on veut l’en empêcher en sachant très bien que l’Iran va refuser. L’Iran est loin de maîtriser l’arme nucléaire, sur le papier oui, mais pas plus. Il lui faudrait encore 10 à 12 ans pour le faire, même le Mossad le dit et 8 ministres Israéliens sur 14 seraient contre une guerre avec l’Iran.

 

Israël brandit la peur du danger d’un nouvel holocauste en disant qu’il ne sera jamais tranquille, quand Israël a attaqué l’Egypte, il n’y a pas eu de réaction donc il peut attaquer l’Iran, ce serait une sanction méritée. Netanyahou peu en décider mais il reste le blocage des USA. Israël veut entraîner les USA. Avant ceux-ci avaient la volonté de les empêcher mais maintenant sont-ils en capacité de le faire ? On peut craindre une provocation, un dérapage.

 

Discussion :  

 

 

*Ilan HALIMI :

 

 

Depuis le Moyen-âge, le centre de gravité du système religieux est en Iran, ce qui lui confère un rapport particulier. Les Egyptiens n’ont pas arrêté de prévenir des dangers d’Israël et l’accuse d’être la mèche du pétard qui ferait flamber le Moyen-Orient.

Le risque d’attaque nucléaire d’Israël est important et cela pourrait se produire avant le 4 novembre, date des élections aux USA, pour les entraîner dans le conflit ; ceci avant la réélection possible d’Obama car s’il est réélu il serait renforcé et pourrait régler le contentieux avec Israël (non respect de la politique d’Obama considéré comme le nègre à battre).

 

* Bernard RAVENEL :

 

 

Il ne faudrait pas sous estimer le rôle de la France et de l’Angleterre. La France a une responsabilité terrible dans la nucléarisation, elle a soutenu l’Irak en lui fournissant des réacteurs.

L’on est dans une impasse concernant le bouclier anti-missile dans le Moyen-Orient.

 

François HOLLANDE ne se prononce pas vers un changement de politique envers Israël. L’Occident joue un double jeu.

 

La Russie et la Chine ont très peur et ne veulent pas s’engager, ils sont très embêtés et sont pour un compromis, la Russie ne souhaite cependant pas le nucléaire Iranien. La Chine est pour une dénucléarisation du proche Orient mais sait qu’Israël ne voudra pas s’en priver, quand on a la bombe c’est pour la vie.    

   

 

L’Afrique du sud a renoncé à la bombe. L’Arabie saoudite et la Turquie décident de nucléariser, le Brésil et le Japon sont au seuil de le faire, l’Allemagne voudrait le faire aussi. C’est une logique de prolifération encouragée par la France en tant que marchés potentiels.

 

Si Israël se sent protégé, il va attaquer. La crise va favoriser la production de guerre comme sortie de crise. Israël n’a pas signé le traité de non prolifération, n’a rien respecté et continue de se nucléariser, c’est un Etat hors droit. L’Iran lui, s’est engagé pour la dénucléarisation.

 

Israël n’est pas contre l’armement de l’Iran, cela le justifierait pour accroître le nucléaire.

     

 

De Gaulle en 1968 avait stoppé l’arme nucléaire, les essais nucléaires Français avaient été faits avec des savants Israéliens, il y a une collaboration réciproque importante entre la France et Israël, ainsi la France après avoir inventé les drônes, les a donnés à exploiter à Israël.

     

 

Les Iraniens entendent riposter, cela peut faire mal, leur possibilité de riposte est énorme, ils ont signalé qu’au 1er coup de feu, 50 000 Américains tomberaient, cela est accueilli dans un mépris absolu. L’on avait réagit très rapidement pour l’Irak, qu’est-ce qui retient pour l’Iran ?

   

* Jean Claude LEFORT

 

 

: La France soutient le nucléaire Israélien même si certains mouvements en France sont sensibles au danger et le condamne.

Le mouvement de la paix n’est pas toujours assez clair envers le nucléaire Israélien.

 

Pendant le massacre de Gaza, un mélange d’uranium appauvri et de phosphore a été utilisé, hors on sait que la France en est un grand producteur.

 

* Michel WARCHAWSKI :

 

 

Plus qu’un rapport le traité de dénucléarisation devrait lancer le processus et demander l’inspection des réacteurs, il y a des problèmes graves de sécurité en Israël, notamment avec la centrale nucléaire délabrée de LIMONA (60 ans), cela se voit à l’oeil nu, le ruisseau a une couleur bizarre, il y a des fuites de liquide. J’angoisse plus de l’accident nucléaire que de la guerre.

L’agence nucléaire Américaine a des droits de contrôler mais elle ne le fait pas.

 

A la question posée aux 3 principaux leaders Israéliens de savoir qui a la responsabilité « d’appuyer sur le bouton », personne ne le sait, c’est un système militaire mais on est dans le déni, on ne se donne pas les moyens de vérifier la chaîne de commandement. Ehoud BARAK ou Benjamin NETANYAHOU sont bien capables de le faire.

 

* Bernard RAVENEL :

 

 

Le système nucléaire au Pakistan comme en Iran, est contrôlé par l’armée. Le Pakistan avec l’Inde sont dotés de l’arme nucléaire. Israël voulait aller les bombarder, Hilary CLINTON a rencontré le Pakistan, tout irait bien maintenant.

     

 

Il existe des armes nucléaires miniaturisées, si Israël est capable de les utiliser, personne ne pourra rien contrôler. Avant il y avait une séparation entre l’armement conventionnel et l’armement nucléaire, maintenant l’utilisation de l’un comme de l’autre est prévue.

Israël estime que l’arme nucléaire est une arme de défense comme une autre.

 

La France avait prévu de faire des bombes à neutrons, elle y a renoncé.

 

 

 

La guerre d’Israël contre l’Iran a commencé puisque Israël a lancé un virus informatique contre le matériel Iranien, c’est une cyber guerre, le « Flame » doit pirater les informations Iraniennes. Il y a eu des assassinats ciblés d’ingénieurs Iraniens, c’est donc bien une guerre.

   

* Que pouvons-nous faire ici ? :

 

 

Il faut déchirer le voile du silence avec les forces avec qui nous travaillons, mais on n’en parle pas assez.

L’AFPS a une responsabilité envers la Palestine : Israël dit qu’il défend la stabilité, alors qu’il déstabilise, c’est un double langage. En Israël le sujet est tabou on n’en parle pas mais on agit. Les candidats à la Présidence avaient été questionnés, SARKOSY n’avait pas répondu mais nous avions reçu de bonnes réponses d’autres candidats.

 

HOLLANDE lors d’un entretien récent avec Mahmoud ABBAS ne s’est pas du tout engagé.

 

Nous avons eu des débats avec le mouvement de la paix, l’appel des 100, le PCF. Nous nous sentons un peu seuls, mais on doit continuer à le faire.

 

 

 

 

 

 

 

    .

Repost 0
Published by afpslorient
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 15:33

                L’Unesco a inscrit vendredi l'église de la Nativité de Bethléem (Territoires palestiniens) au Patrimoine mondial, par une procédure d’urgence qui a suscité une vive protestation d’Israël, lors d’une session à Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie).

                  Le site du «Lieu de naissance de Jésus», comprenant également la route de pèlerinage, a été inscrit par 13 voix pour, 6 contre et 2 abstentions lors d’un vote des 21 membres du Comité du patrimoine, réunis dans l’ex-capitale impériale russe.

                  Il s’agit du premier site palestinien inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

                   La présidence palestinienne a salué vendredi comme «une victoire de la justice» l’inscription du site au Patrimoine mondial : «Cette reconnaissance par le monde des droits du peuple palestinien est une victoire pour notre cause et la justice», a déclaré Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

                  «Nous nous félicitons, au nom (du président) Mahmoud Abbas, de la Palestine et du peuple palestinien», a déclaré le délégué palestinien, auquel la parole a été donnée aussitôt après l’annonce des résultats du vote. «Merci pour tous les efforts entrepris pour permettre au peuple palestinien de prendre son droit culturel à l’auto-détermination», a-t-il ajouté.

                   «Ces sites sont menacés de destruction totale par l’occupation israélienne, la construction du mur de séparation, à cause des sanctions israéliennes et des mesures prises pour opprimer l’identité palestinienne», a encore déclaré le délégué, dont le nom n’a pas été cité.

                   Son homologue israélien a protesté contre la décision du Comité du patrimoine. «La décision qui vient d'être prise est absolument politique et constitue de notre point de vue une atteinte grave à la convention (du Patrimoine mondial) et à son image», a-t-il déclaré.

                    Les Palestiniens, entrés à l’Unesco en octobre 2011 au terme d’un vote qui avait provoqué la colère des Israéliens et des Américains, avaient fait la demande d’une inscription du site dans une procédure en «urgence». Ils avaient argué du «délabrement et de la dégradation de l’ensemble architectural», notamment du fait des «forces d’occupation» israéliennes.

                     Israël avait affirmé n’avoir «aucune objection» à l’inscription du site au Patrimoine mondial, mais avait contesté le recours à la procédure d’urgence, estimant que c'était «une façon de laisser entendre qu’Israël ne protégeait pas le site».

                      Les Etats-Unis sont, quant à eux, «profondément déçus» de l’inscription par l’Unesco de l'église de la Nativité de Bethléem, a déclaré vendredi l’ambassadeur américain auprès de cette instance, David Killion. Ce «site est sacré pour tous les chrétiens» et l’Unesco «ne devrait pas être politisée», a-t-il souligné dans un communiqué, en relevant que la procédure d’urgence utilisée pour l’inscription de cette église ne devrait l'être en principe que pour des sites menacés de destruction imminente.

(AFP)

Repost 0
Published by afpslorient
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 07:35

Le CA s’est déroulé de 18H30 à 20H15 à la Cité ALLENDE, salle F5 à LORIENT.

Etaient présents : Joëlle LE RHEUN, Jean Yves LE GOFF, Luciana PLEIBER, Marie-Caroline LEFEUVRE, Gilles THOMASSE, Alain CHAUTANT, Jeanine PERRON, Renée LE BORGNE, J.Pierre HENRY, René GUILLERM.

Etaient excusés : Jackie PLEIBER, Anne Marie LE GUENNEC, Alain GUICHARD, Jean ANNEZO.

 

- Université d’été à PAU du 06 au 09/07/2012 :

 

Elle se déroulera du vendredi après-midi 06/07 jusqu’au lundi midi 09/07.

3 à 4 personnes vont se rendre à l’université d’été à PAU, il y a des places possibles si besoin. Jean Yves LE GOFF y va en camping car avec 1 à 2 personnes. Il est décidé de participer aux frais de transport, notamment les frais d’essence.

            Participeront entres autres, à cette Université : Lana LEVY (juif palestinien) et Michel Warchavski (pacifiste Israélien).

              Au programme, certains thèmes et ateliers de travail sont connus :

* L’Idée d’un Etat Bi-National sera débattue ainsi que les dissensions arabes à ce sujet.

Qu’est-il souhaitable ? 1 ou 2 Etats, Comment ?

* La Société Palestinienne avec toutes ses composantes ainsi qu’une analyse de la Société Israélienne.

* Le printemps Arabe. * La campagne BDS.

* un atelier sur les prisonniers palestiniens. * Et bien sûr d’autres questions importantes …

 

- Le DVD MY LAND :

Un exemplaire du DVD de MY LAND a été acheté 10 €.

            Nous envisageons d’en faire une projection/discussion en septembre.

Nous devons voir si les dates des 18, 19, 25 ou 26 septembre sont libres. Nous essayons d’avoir une salle à Lanester, sinon nous pourrions nous tourner vers Ploemeur.

          Nous contacterons la communauté turque, El Kantara, le CRISLA et d’autres associations.

          Nous chercherons un intervenant dès que nous aurons la date de la projection. Nous pourrions contacter Claude LEOSTIC, Bernard RAVENEL, J.Claude LEFORT, …

 

- Semaine de la Solidarité Internationale du 17 au 25 novembre 2012 :

L’an dernier, nous avions participé à cette initiative qui s’était tenue à Pont Scorff.

            Le week-end du 25 novembre, nous tenons un stand à la fête de l’Huma Bretagne mais nous pouvons également participer à d’autres initiatives durant cette semaine, par exemple, nous pourrions faire une action de soutien envers les prisonniers palestiniens pour lesquels peu de choses ont été réglées malgré les promesses faites.

                Un docteur de GAZA qui vient d’écrire un livre à la maison d’édition « Robert LAFFON » souhaite venir mi-novembre pour dédicacer ce livre. Nous avons proposé notre participation.

 

- Interrogation du CRISLA concernant la création d’un collectif solidarité internationale du morbihan. :

            Pour l’instant 8 associations sont adhérentes au CRISLA.

Nous avons été contacté par le CRISLA, mais pour l’instant, nous ne sommes pas prêts à rejoindre ce collectif. Nous sommes d’accord pour mettre en œuvre un réseau, pour participer à des actions en commun et entretenir des relations avec les collectivités territoriales.

Joëlle va répondre au CRISLA en ce sens (cela a été fait le 14 juin).

 

- Proposition par le groupe de travail national d’une mission en Palestine :

* Un séjour en Palestine est proposé par la mission nationale AFPS, d’une durée de 10 jours à préciser soit à partir du 19/08, soit à partir du 23/08

                 Le coût est entre 800€ et 900€ pour 10 jours avec visites à Jérusalem, Bethléem, Hébron, la vallée du Jourdain, Naplouse, le camp de Jénin, , …

              * l’AFPS du Loir et Cher propose également des séjours culturels (Du 23/08 au 01/09, du 10 au 20/09, du 29/09 au 7/10, du 12 au 22/11).

Pour plus de renseignements, 2 sites : «asso.afps41yahoo.fr» ou «AFPS41yahoogroupes.fr»

                  * Il y a aussi la possibilité de participer à des missions de cueillette des olives en s’adressant à l’AFPS de Rennes.

 

- Soutien à la coopérative à HALHUL (près d’Hébron):

           La région d’Hébron est connue pour sa production de raisin de très bonne qualité. A cause de la colonisation Israélienne, il est impossible de commercialiser le raisin et seule une petite partie est vendue aux chrétiens pour en faire du vin.

Le projet de Raëd ABOU YOUSSEF (Président de la coopérative) est de transformer le raisin en jus sous diverses formes afin de le conserver pour le commercialiser. A l’heure actuelle la coopérative est en marche, les locaux seront finis en août, les essais ont été faits. Il manque encore du matériel à acheter, c’est pour cela que nous sommes sollicités.

               Nous pourrions être un relais pour demander des subventions. Un dossier actualisé va être demandé afin de monter un dossier de subventions, nous allons nous rapprocher de Yves JARDIN à Douarnenez et aller chercher des dossiers de subventions auprès des mairies du pays de Lorient : Lorient, Quéven, Ploemeur, Lanester, Larmor, Guidel, Caudan.

                   Par l’intermédiaire d’Yves JARDIN, nous avons été mis en contact avec Serge GUILBAUD de Douarnenez : il y a déjà une coordination de 3 groupes de l’AFPS (Du Pays de Cornouaille, de Nantes et de Rennes), que nous pouvons rejoindre.

 

- Courrier expédié aux candidats aux législatives :

Seuls 3 candidats du Front de gauche nous ont répondus : Roland LE SAUCE, Alain LE GUENNEC, Joël GALLAIS.

Nous allons de nouveau demander un rendez-vous à Gwendal ROUILLARD qui na pas répondu jusqu’à présent à nos diverses demandes.

 

- Participation à la venue de Salah HAMOURI :

L’AFPS de Vannes nous a demandé de participer aux frais de train de Salah, nous allons leur envoyer un chèque de 40 € comme souhaité.

 

- Adhésions : 26 personnes ont à ce jour, adhéré à l’AFPS du pays de Lorient.

 

- Prochaine Réunion :

La prochaine Assemblée Générale aura lieu mi-octobre.

 

Luciana PLEIBER (secrétaire)

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 07:09

 

Quelques informations sur la vie quotidienne des Palestiniens dont vous entendez bien peu parler dans les médias.

LA TERRE
Les paysans sont de plus en plus privés de leurs terres, soit elles sont volées par les Israéliens sous des prétextes fallacieux (des terrains considérés par l’armée comme
zones de sécurité) soit elles sont isolées des maisons d’habitation par le mur dit de séparation.
- Beith Jalla, village réputé pour la qualité de ses fruits, a perdu tous ses vergers à cause du mur de séparation qui a été construit de façon à spolier les arboriculteurs de leurs vergers
- À Kfar Qaddum la colonie de Qeddumim a barré une route ce qui contraint les agriculteurs à faire un détour de plusieurs kilomètres pour travailler dans leurs champs. De plus, les cultivateurs sont régulièrement chassés de leurs champs.
Souvent ils doivent demander une permission à l’armée pour s’y rendre. Ces permissions, accordées ou non de manière totalement aléatoire, sont de courte durée et ne permettent pas de faire les travaux nécessaires.


LA CISJORDANIE
C’est un territoire plus petit que le département de l’Isère. Occupée depuis la guerre de 1967, les accords d’Oslo en prévoyaient un processus de restitution à l’Autorité palestinienne. Non seulement il n’en a rien été car elle est toujours occupée par l’armée israélienne, mais elle est maintenant totalement bouclée par un mur de 700 kilomètres qui enferme ses habitants et les isole du reste du monde. Organisés en Comités de résistance populaire, de nombreux villages refusent la colonisation et le mur. Leurs habitants manifestent tous les vendredis contre le mur. Ces manifestations sont fortement réprimées par l’armée notamment par des gaz très nocifs. Au prix de luttes tenaces, le village de Bil’in a ainsi réussi à récupérer une partie de ses terres et à faire reculer le mur.


L’EMPLOI
Jusqu’à ces dernières années de nombreux Palestiniens étaient embauchés par des entreprises israéliennes en particulier dans le bâtiment. Aujourd’hui, ils sont remplacés par des ouvriers asiatiques ou venant des pays de l’Est, ce qui engendre un chômage considérable.

L’EAU
Le manque d’eau est un immense problème pour tous les Palestiniens. Cette région est aride certes, mais les sources existantes sont détournées par les Israéliens pour fournir les villes et colonies israéliennes au détriment des villages palestiniens. Les eaux usées ne sont pas traitées, ce qui provoque un assèchement préoccupant de la mer Morte. Amnesty International relève que la consommation en eau des Palestiniens est à peine de 70 litres par personne et par jour, soit nettement moins que les 100 litres recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), contre plus de 300 litres pour les Israéliens. Quelque 540 000 colons utilisent autant, sinon plus d’eau, que l’ensemble de la population palestinienne, estimée à 2,3 millions.
L’eau est facturée 4 à 5 fois plus cher aux Palestiniens qu’aux Israéliens. Les égouts et fosses d’aisances des colonies se déversent directement dans les champs des Palestiniens et polluent leurs sources. (exemple à Wadi Qana : sur 17 sources 16 sont polluées).

 

 



 

LES DÉPLACEMENTS
Se déplacer est difficile : beaucoup de routes, dont certaines construites avec des aides européennes, sont interdites aux Palestiniens – qui dans certains cas ne peuvent pas non plus les traverser - elles sont réservées aux colons et à l’armée.
Les attentes et les fouilles aux check-points (600 points de contrôle en Cisjordanie) sont interminables, humiliantes et épuisantes. Ces contrôles sont souvent exercés –
avec condescendance ou agressivité - par de jeunes soldats encore adolescents qui ont tout pouvoir sur une population d’hommes, de femmes, d’enfants et vieillards - qui attend, parfois des heures par tous les temps, derrière des barrières, ou bloquée dans des tourniquets avec le risque d’être, arbitrairement, refoulée.
Par ailleurs, il est interdit aux Palestiniens de Cisjordanie de se rendre à Jérusalem.

LES RÉFUGIÉS
En 1948 près de 800 000 palestiniens furent envoyés en exil. Soixante ans plus tard, les exilés sont 5,5 millions : 4,65 millions d’entre eux ont le statut de réfugié et près d’1,4 millions vivent dans les 58 camps situés en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza, au Liban, en Syrie et en Jordanie.
La question du droit au retour est la question centrale du conflit israélo-palestinien. La résolution de l’ONU qui prévoit la création d’Israël (11 mai 1949) mentionne l’application de résolutions antérieures qui non seulement prévoient la création de 2 états mais également le droit au retour des réfugiés ou une compensation pour ceux qui choisiraient de ne pas revenir. Israël a donc non seulement reconnu à ce moment-là la résolution dite du partage de la Palestine mais aussi le droit au retour.

LES BÉDOUINS
Afin de permettre l’installation de nouvelles colonies et de récupérer leurs terres, les Bédouins sont systématiquement harcelés et chassés du Neguev.
Ceux de la vallée du Jourdain vivent dans des conditions de survie totalement intolérables. Ils sont chassés, humiliés, arrêtés…Peuple de pasteurs, ils sont empêchés de nomadiser avec leurs troupeaux. Ils doivent parcourir des dizaines de kilomètres pour acheter de l’eau à prix d’or. Ils ne trouvent plus de nourriture pour les animaux, ils n’ont plus de revenus. La tribu de Jahalin est systématiquement brutalisée par des colons qui s’en prennent aux enfants ainsi qu’à l’école construite récemment.

LA COLONISATION
Comme si l’occupation ne suffisait pas, les palestiniens subissent depuis 1967 la confiscation de leur terre. En Cisjordanie, comme à Jérusalem Est, les Israéliens s’approprient les terres des Palestiniens pour y construire des colonies dans la plus totale illégalité. De la taille de village mais aussi de ville (jusqu’à 20 000 habitants) ou d’agglomérations (45 000), ces colonies, enfermées dans des murs, interdites aux Palestiniens mitent leur territoire, empêchent les déplacements, et hypothèquent grandement la création d’un État palestinien. L’armée omniprésente n’intervient pas quand les colons arrachent les arbres, harcellent et humilient les Palestieniens car elle est là pour assurer la sécurité des colons et non celle des Palestiniens.

ARRESTATIONS, EMPRISONNEMENTS
C’est ce qu’encourt n’importe quel citoyen à n’importe quel moment pour n’importe quelle raison. Certains prisonniers sont dans les prisons israéliennes depuis de longs mois voir des années sans aucun chef d’accusation. Parmi eux des femmes et des enfants : 20% de la population palestinienne a connu à un moment ou à un autre les prisons israéliennes. Ils ont mené massivement en 2012 une grève de la faim très dure pour obtenir des droits élémentaires.
Les arrestations ont souvent lieu pendant la nuit. Les soldats cagoulés et armés font irruption dans la maison, ils cassent et renversent vaisselle et mobilier. Ils laissent une maison dévastée à leur départ. Les enfants sont terrorisés.

GAZA
Les ONG dénoncent le blocus décrété par Israël en 2007 qu’elles jugent clairement illégal. Un blocus est supposé contraindre un gouvernement à ne pas s’armer ou se réarmer pour attaquer, il ne doit pas punir une population : c’est le contenu de l’article 33 de la 4ème Convention de Genève qui dénonce toute sanction collective. Le blocus de Gaza vise les civils et constitue un crime de guerre contre les civils.
La bande de Gaza fut bombardée par les israéliens en 2009 (plus de 1300 morts civils dont des enfants, de nombreux blessés). Les Gazaouis sont privés d’eau, de gaz, d’électricité (actuellement disponible seulement quelques heures par jour). La population vit dans l’angoisse de nouveaux bombardements.

JÉRUSALEM-EST
Dans les quartiers de Cheikh-Jarrah et Silwan des familles sont expulsées de leurs maisons et jetées à la rue. Les clés de leurs maisons sont remises à des colons qui en revendiquent la propriété.
Aujourd’hui, 1 500 maisons palestiniennes sont menacées par un ordre de démolition.

 

 

Quelle solidarité, comment agir ?

 

Depuis des décennies le peuple palestinien est soumis à une humiliation permanente de la part du gouvernement israélien qui encourage ses soldats et soutient ses colons dans leurs agressions continuelles. Malgré cela, ce peuple résiste avec une très grande dignité par des actions non-violentes juste pour obtenir leurs droits reconnus internationalement.
La contrepartie de l’adhésion de l’État d’Israël à l’ONU en 1949 était la création d’un État Palestinien. Israël s’y était engagé mais depuis cette date, elle viole toutes les résolutions et les règles internationales en ce qui concerne le peuple palestinien. À part de légères pressions, épisodiques, ni les États- Unis, ni l’Union européenne ne se donnent les moyens d’obtenir l’application du droit international.
Les sociétés civiles ont donc leur rôle à jouer. Des associations partout dans le monde, y compris en Israël, sont aux cotés des Palestiniens. Aujourd’hui il faut amplifier notre soutien.


Parmi ces initiatives, la campagne BDS / Boycott - Désinvestissement -Sanctions. C’est une campagne internationale, à la demande d’un grand nombre d’organisations palestiniennes, qui s’inscrit dans les actions non violentes. Alors qu’Israël bénéficie d’accords commerciaux privilégiés avec l’Union européenne, elle s’en sert pour commercialiser les produits issus des colonies implantées sur les terres confisquées aux palestiniens. C’est une violation du droit international. Les objectifs de la campagne BDS sont doubles : il s’agit à la fois d’empêcher toute commercialisation des produits issus des colonies et d’isoler économiquement l’état d’Israël afin de le contraindre à appliquer le droit international.
Il s’agit également d’exiger de nos gouvernements qu’ils mettent fin à leur complaisance envers Israël.



 

 

Repost 0
Published by afpslorient - dans La colonisation
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 16:08

Les auto­rités israé­liennes doivent cesser leurs manoeuvres dila­toires et libérer Mahmoud Al-​​Sarsak

http://www.france-palestine.org/Les-autorites-israeliennes-doivent,19967

De Joseph Blatter à Eric Cantona, en passant par plu­sieurs sportifs de haut niveau tels que Nicolas Anelka et Fré­déric Kanouté, le monde du sport a rejoint l’exigence de respect du droit inter­na­tional pour demander justice pour Mahmoud Al-​​Sarsak.

 

             Le foot­balleur pales­tinien, incarcéré depuis le 22 juillet 2009 sans incul­pation et sans jugement, a entamé une grève de la faim le 23 mars 2012 en pro­tes­tation contre sa détention admi­nis­trative.

             L’AFPS rap­pelle que la détention admi­nis­trative constitue une vio­lation du droit inter­na­tional au vu des articles 71, 72, et 73 de la Convention de Genève.

 

          La Cour suprême israé­lienne devait s’exprimer hier, jeudi 14 juin 2012, sur sa libé­ration. Alors que le jeune homme de 25 ans est en danger de mort et ce depuis plu­sieurs jours, cette réunion a été repoussée au dimanche 17 juin 2012 au plus tôt. Affaibli mais porté par une déter­mi­nation impla­cable, Al-​​Sarsak entre aujourd’hui dans sa 89ème journée de grève de la faim.

 

          Grâce à cette déter­mi­nation, ainsi qu’à la mobi­li­sation continue de ses sou­tiens, des voix de plus en plus nom­breuses ont exhorté Israël à prendre ses res­pon­sa­bi­lités et ont réussi à briser enfin le barrage média­tique.

 

          L’AFPS appuie ces voix venues des horizons les plus larges : il faut sauver Mahmoud Al-​​Sarsak ! Les auto­rités israé­liennes doivent cesser de jouer avec la vie des pri­son­niers et renoncer à les uti­liser, en négation du droit inter­na­tional et des droits humains, comme moyen de pression sur la société palestinienne

Le Bureau national, 15 juin 2012

PS : signez la pétition : https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/michel-platini-pr%C3%A9sident-de-l-uefa-agir-pour-sauver-la-vie-de-mahmoud-al-sarsak-footballeur-palestinien

Repost 0
Published by afpslorient - dans La résistance
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 16:03

Le pri­sonnier Mahmoud Kamel Mohammed Sarsak du camp de réfugiés de Rafah sud dans la bande de Gaza, athlète et joueur de l’équipe nationale Pales­ti­nienne de Football, a été arrêté par les auto­rités d’occupation israé­lienne à Beit Hanoun, au check­point d’Erez le 22/​07/ ​2009, alors qu’il se diri­geait vers Ramallah pour rejoindre le club de foot avec lequel il a signé un contrat.

 

Depuis cette date, il croupit dans des prisons israé­liennes sans incul­pation ni jugement en vertu de la loi de « com­battant illégal ».

 

À la mi-​​Mars, il a entamé une grève de la faim ouverte pour pro­tester contre son maintien en détention, sans charges ni preuves, et sans incul­pation.

 

  Mahmoud Sarsak entre aujourd’hui dans son 90ième jour de grève de la faim, son état de santé se dété­riore de jour en jour.

Il a besoin de votre soutien et de votre solidarité.

Vous pouvez lui écrire un message de solidarité et de soutien moral.

Vous pouvez écrire aussi à sa famille pour la soutenir.

 

Ecrivez, et nous nous enga­geons à trans­mettre vos mes­sages à Mahmoud Sarsak par l’intermédiaire de son avocat, sa famille et à travers les sta­tions de radio locales.

 

Sou­tenir Mahmoud Sarsak, c’est dénoncer la poli­tique cri­mi­nelle de la détention admi­nis­trative arbi­traire et illégale sans incul­pation et sans procès et refuser la mise à mort lente infligée par l’administration péni­ten­tiaire israé­lienne aux pri­son­niers palestiniens.

 

Écrivez à Mahmoud Sarsak, jusqu’à la date de 24.06.2012 par email, en anglais et en arabe : resalatomahmoudsarsek@​hotmail.​com.

Nous nous engageons à transmettre vos messages.

Lire la lettre de Jean Claude Lefort à Mahmoud Al-​​Sarsak en français http://www.france-palestine.org/IMG/pdf/lettre_de_jean_claude_lefort_a_m._sarsak-2.pdf et en arabe http://www.france-palestine.org/IMG/pdf/_.pdf

 

Signer la pétition https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/michel-platini-pr%C3%A9sident-de-l-uefa-agir-pour-sauver-la-vie-de-mahmoud-al-sarsak-footballeur-palestinien

Voir en ligne http://www.france-palestine.org/Participez-a-la-campagne-de

Repost 0
Published by afpslorient - dans La colonisation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du PAYS DE LORIENT
  • Le blog  du PAYS DE LORIENT
  • : Pour la création d'un état palestinien
  • Contact

Rechercher

Liens