Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 15:38
drapeau palestine-copie-1
 
 
 
 
 
Bilan de la projection de
 « ROUTE 60 »
 
 
 
 
Très bonne soirée au Cinéville de Lorient pour la projection de ce beau film en présence du réalisateur Alaa ASHKAR. Nous avions réservé une salle de 112 pla-ces au Cinéville compte tenu que c’était la première fois que nous faisions cette expérience et pensant que cette dimension suffirait, nous avons du finalement refu-ser l’entrée aux derniers arrivants à notre grand regret. D’autre part un nombre im-portant de personnes qui auraient aimé venir mais occupées à des activités préélec-torales nous ont fait savoir qu’elles auraient été très intéressées. Le film a beau-coup plu, un bon débat a pu avoir lieu après le film avec le réalisateur à la grande satisfaction de tous y compris des 5 associations participantes. Des membres des associations et du public se sont retrouvés après le débat pour un repas dans un res-to voisin du Cinéville dans une ambiance très sympathique. Nous avons en notre possession une copie du film et une nouvelle projection pourra éventuellement être organisée pour ceux qui n’ont pu assister mais ce sera bien sûr sans la présence du réalisateur. Nous pouvons y réfléchir en fonction de la demande.
 
  ______________________________________________________________________________________________
 
29 mars: Réunion des Groupes Locaux AFPS bretons
 
  
Le samedi 29 mars s’est déroulée à Lorient à la Cité Allende une réunion des grou-pes locaux bretons de l’AFPS ayant pris part à la mise en place de la Coopérative Al Sanabel. Cette réunion à laquelle participaient les groupes de Rennes, Nantes, Pays de Cornouailles, du Trégor et bien sûr le groupe de Lorient, a été aussi l’occa-sion de mieux se connaitre et d’envisager des mises en commun, coordinations d’actions et de campagnes.
_______________________________________________________________________________________________ 
 
 
 
 
 
Prochaine Assemblée Générale de l’AFPS du Pays de Lorient
 
 
 
  
Elle aura lieu le samedi 19 avril à la cité Allende de 9h30 à 12 et se terminera par un pot de clôture. _____________________________________________________________________________
 
 
 
 
 
 
INFORMATIONS
Cinquante Israéliens refusent de faire l’armée pour protester contre l’oc-cupation des territoires palestiniens
Francetv info avec AFP, lundi 10 mars 2014
Ils ont publié une lettre ouverte au Premier ministre Benjamin Netanyahu. Ils ne cautionnent pas "l’occupation des territoires palestiniens". Un groupe de 50 jeunes Israéliens a publié une lettre ouverte au Premier ministre Benjamin Netanyahu, expliquant qu’ils refusaient d’effectuer leur service militaire, obligatoire en Israël, sous peine de prison ferme.
 
"Notre opposition à l’occupation des territoires palestiniens par l’armée israélienne constitue la principale raison de notre refus de servir", indique la lettre, publiée samedi 8 mars, sur la page Facebook de l’organisation pacifiste d’extrême-gauche "Yesh Gvul" [il y a une limite en hébreu].
Suite : http://www.france-palestine.org/Cinquante-Israeliens-refusent-de
 
En Cisjordanie, les mises en chantier dans les colonies ont doublé en 2013 Le nombre de mises en chantier de logements dans les colonies juives de Cisjordanie oc-cupée a plus que doublé en 2013 par rapport à 2012, passant de 1 133 à 2 534, selon des sta-tistiques officielles israéliennes publiées lundi 3 mars.
 
 
Ces statistiques sont rendues publiques peu avant une rencontre, lundi, à la Maison Blanche entre Barack Obama et le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, alors que le pré-sident américain a déploré « une construction dans les colonies plus agressive ces deux der-nières années que depuis très longtemps ».
 
______________________________________________________________________________
 
 
 
L’armée "la plus morale du monde" en action.
 
 
HAARETZ : Gideon Lévy et Amira Hass, dimanche 16 mars 2014
 
 
Dans les deux articles ci-dessous, les journalistes attitrés d’HAARETZ Gideon Lévy et Amira Hass analysent un exemple récent de " l’armée la plus morale du monde" en action. Les Forces de Défense d’Israël pensent que la force brutale est la seule façon d’agir, les Israé-liens refusent encore de voir ce qu’Amnesty International et d’autres leur disent.
 
 
De Gideon Levy | 2 mars 2014
 
 
 
L’armée la plus morale du monde a tiré un missile anti-char sur une maison dans laquelle se cachait un jeune Palestinien recherché. L’armée la plus morale du monde a fait passer un bulldozer sur le haut de la maison et l’a détruite. L’armée la plus morale du monde a utilisé des chiens pour fouiller les ruines. L’armée la plus morale du monde a utilisé une perceuse qu’elle appelle une « cocotte minute, une perceuse plutôt dégoûtante qu’elle a inventée pour son pro-pre usage. C’est arrivé jeudi dernier (le 27 février), à Bir Zeit en Cisjordanie. Les soldats de l’armée la plus morale du monde sont arrivés tôt le matin pour une autre « opération d’arresta-tion », comme d’autres qui ont lieu chaque nuit et dont vous entendez rarement parler. Elle consiste à semer la peur dans les villages au milieu de la nuit, en envahissant à grand bruit des maisons dont les habitants parmi lesquels des enfants- sont en train de dormir, avec des fouil-les brutales et des destructions. Parfois, comme jeudi dernier, cela se termine aussi par la mort. Tout ceci se produit à un moment où les opérations terroristes sont très limitées.
 
 
 
Suite : http://www.france-palestine.org/L-armee-la-plus-morale-du-monde-en
 
______________________________________________________________________________
 
 
 
 
Un comité de l’ONU exhorte le Conseil de sécurité à réagir face à la situa-tion à Jérusalem-Est
 
 
Centre d’actualités de l’ONU, samedi 8 mars 2014
 
 
 
Le Comité des Nations Unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien a appelé mercredi le Conseil de sécurité à réagir devant la multiplication des incursions par des extrémistes israéliens, des responsables politiques et des représentants du gouvernement de ce pays sur l’esplanade des mosquées à Jérusalem-Est.
Ces incursions sont, selon le bureau du comité, une provocation contre les Palestiniens et les fidèles musulmans, et elles ont souvent mené à des affrontements durant lesquels des Palesti-niens ont été blessés, arrêtés et placés en détention. Le Comité a également dénoncé la pro-position de loi au Parlement israélien qui cherche à imposer la souveraineté sur l’esplanade appelée Haram Al-Sharif en arabe.
Texte de la résolution http://www.un.org/News/fr-press/docs/2014/AGPAL1287.doc.htm
 
____________________________________________________________________________________________
 
 
 
Le rapport qui gêne Dexia et les ministres
 
Sébastien Crépel, L’Humanité, jeudi 6 mars 2014
 
 
 
Le rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens occupés, Richard Falk, accuse la banque Dexia et ses actionnaires, la France et la Belgique, de soutenir les colonies israéliennes. Au Par-lement français, les ministres esquivent.
  
C’est une affaire qui dure depuis cinq ans et qui met aux prises régulièrement les militants d’ONG pour les droits des Palestiniens, d’un côté, et la direction de la banque des collectivités publiques Dexia et les gouvernements belge et français, de l’autre. À l’origine du litige, les prêts accordés par Dexia Israël, filiale à 65 % du groupe Dexia, lui-même détenu majoritairement par les États belge (50,02 % du capital) et français (44,38 %), à des collectivités publiques israélien-nes installées dans les territoires palestiniens occupés. Régulièrement, les militants du réseau bel-ge de solidarité internationale Intal, soutenus par ceux de l’Association France-Palestine solidari-té (AFPS), s’invitent aux assemblées générales des actionnaires du groupe, pour interpeller ses dirigeants sur cette situation.
 
 
 
_______________________________________________________________________________
 
 
 
 
 
INFO GAZA
 
 
Info Gaza
N° 701
N° 701 bis suite :
Lire la suite : http://palestine33.free.fr/
 
_______________________________________________________________________________
 
 
 
CAMPAGNES
 
Prisonniers
 
 
Une mission d’enquête du Parlement européen se rend en Israël malgré le refus de coopération des autorités
 
 
 
Communiqué Les Verts, ALE, mercredi 26 mars 2014
 
 
 
Une délégation officielle du Parlement européen composée d’Emer Costello (Socialistes, Ir-lande), de Nicole Kill-Nielsen (EELV, France), de Patrick Le Hyaric (PC, France) et de Ja-
 
cek Potasiewicz (PPE, Pologne) vient d’effectuer, du 18 au 21 mars 2014, une mission d’en-quête pour évaluer les conditions de détention des prisonniers palestiniens dans les prisons israé-liennes.
 
 
 
 
Cette mission, la première de ce genre, a été demandée par le Parlement européen dans sa
 
résolution du 14 mars 2013, suite à la mort du jeune prisonnier palestinien Arafat Jaradat, torturé lors de son incarcération. Les eurodéputé-e-s ont obtenu un mandat clair de la part du Parlement européen : se rendre dans les prisons et centres de détentions israéliens pour évaluer les
 
conditions dans lesquelles sont détenus actuellement les prisonniers politiques palestiniens.
 
Nicole Kill-Nielsen, eurodéputée Verts/ALE, membre de la Commission des Affaires Étran-gères explique :
 
"Nous avons demandé à nous entretenir avec les hauts responsables des ministères de l’intérieur, de la justice et des affaires étrangères, ainsi qu’avec nos collègues parlementaires. Nous vou-lions accéder aux prisons, rencontrer les prisonniers et les détenus administratifs.
En dépit de notre mandat et de notre désir de dialoguer, les autorités israéliennes ont choisi de ne pas collaborer avec le Parlement européen. L’accès à ces lieux nous a été refusé, nous empè-chant de remplir notre mission.
Néanmoins, nous avons rencontré des représentants de la société civile israélienne et palesti-nienne, ainsi que des acteurs internationaux présents sur place. Cela nous a permis d’établir un tableau assez complet de la situation des droits humains des prisonniers.* "
 
La délégation du Parlement européen a appelé les autorités israéliennes à respecter l’accord sur la libération des prisonniers palestiniens et à libérer les membres du Conseil Législatif Palesti-nien, y compris Marwan Bargouti.
 
 
Suite : http://www.france-palestine.org/Une-mission-d-enquete-du-Parlement
 
__________________________________________________________________________
 
 

Parrainage de prisonniers politiques palestiniens - Lettre d’informations

Bulletin n°3 - Pourquoi parainer un Lettre de soutien de

janvier 2014 Prisonnier politique palestinien l’Association Addameer

http://www.france-palestine.org/Parrainage-de-prisonniers

__________________________________________________________________________

   
 

BDS

Cessons de pénaliser le boycottage d’Israël

Ivar Ekeland, Rony Brauman, Ghislain Poissonnier,

Le Monde, mercredi 5 mars 2014

 

Il faut abroger la circulaire Alliot-Marie.

 

En tant que consommateur citoyen, je n’achète pas de produits israéliens tant qu’Israël ne res-pectera pas le droit international ; j’appelle aussi mes concitoyens à faire de même afin de faire pression sur Israël pour qu’il démantèle le mur de séparation et les colonies. " Pour avoir tenu de tels propos dans la rue ou dans des commerces, pour les avoir écrits dans des magazines ou sur Internet, près d’une centaine de personnes sont traduites en France devant les tribunaux. Il s’agit de membres d’associations qui soutiennent la campagne " Boycott-désinvestissement-sanctions " (BDS). Ces personnes sont poursuivies par les procureurs en vertu d’un texte interne au minis-tère de la justice adopté le 12 février 2010, dite circulaire Alliot-Marie, garde des sceaux de l’é-poque.

Suite : http://www.france-palestine.org/Cessons-de-penaliser-le-boycottage

 
  _____________________________________________________________________________________________
 
 
 

Communiqué commun : rencontre AFPS-CGT

AFPS/CGT, vendredi 14 mars 2014

 

Thierry Lepaon, Secrétaire Général de la CGT, accompagné de Wolf Jäcklein, responsable du Département International de la CGT, Ozlem Yildirim, conseillère confédérale en charge du Proche et Moyen-Orient, a reçu une délégation de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) composée de son Président, Taoufiq TAHANI et de Robert Kissous, membre de Bu-reau National en charge des relations avec le monde associatif et syndical.

 

L’entretien, qui s’est déroulé dans un climat très chaleureux, a abordé différentes questions liées au conflit israélo-palestinien et exploré des pistes pour consolider les actions communes aux deux organisations en faveur d’une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens. La CGT et l’AFPS s’inquiètent de la détérioration de la situation du fait de la politique colo-niale des autorités israéliennes. En effet, celles-ci continuent, au mépris du Droit internatio-nal, à : ….

Suite : http://www.france-palestine.org/Communique-commun-rencontre-AFPS

 
  ______________________________________________________________________________________________
 
 
 

BDS : CGT INRA

 

Une délégation de représentants INRA (ainsi que CIRAD, CNRS, IRD et IRSTEA) conduite par F. Houllier, PDG de l’INRA, s’est rendue en Israël du 17 au 19 mars 2014, et a rencontré plusieurs hauts dirigeants israéliens : le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministre des Sciences, de la Technologie et de l’Espace, et le Directeur scientifique du Mi-nistère de l’Agriculture. Selon l’interview donnée par F. Houllier à la Chambre de Commerce France-Israël, cette visite avait pour objectif de «Renouer la collaboration avec Israël, aider le pays à affronter les problèmes liés au changement climatique, apprendre de sa technologie, utiliser la complémentarité des deux pays ».

suite disponible sur le site web de la CGT-Inra

 

http://www.inra.cgt.fr/actualites/tracts/Visite_PDGinra-Israel_mars2014.pdf

 
  _________________________________________________________________________________________________
 
 

En Israël aussi on boycott les produits des colonies

A revoir sur ARTE journal de mercredi soir 26 mars 2014 :

https://www.youtube.com/watch?v=iK2phnfXoxU&app=desktop

 ___________________________________________________________________________

 
    

L’Institut Royal des Architectes Britanniques apporte son soutien à la motion de boycott d’Israël

 

Envoyé le 20 mars 2014 par AP JP Le Conseil de l’Institut Royal des Architectes Britanniques a voté l’appel à l’Union Internationale des Architectes en faveur de l’exclusion de l’Association Israélienne des Architectes Unis en raison du refus de celle-ci de s’opposer à la construction par Israël de colonies illégales en territoire palestine occupé. Abe Hayeem, membre de l’IRAB et président des Architectes et Urbanistes pour la Justice en Palestine a déclaré: “Cette motion envoie un message clair selon lequel il y a un prix à payer pour les décennies de longue impunité d’Israël dans la poursuite de ces politiques d’apartheid, et selon lequel les principes humanitaires de notre profession ne peuvent être ignorés.

 

Un petit pas est fait par le Conseil de l’IRAB en soutenant cette motion –un bond significatif en faveur de la morale, de la justice et de l’intégrité dans notre profes-sion.” Répondant à la nouvelle, Rafeef Ziadah, un porte-parole du Comité National Palestinien du BDS, la coalition des syndicats, des campagnes en cours, des ONG et des partis politiques palestiniens, qui s’emploie à diriger et à soutenir le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) a déclaré:

 

Les architectes et urbanistes ont un rôle central dans la colonisation israélienne de la terre de Palestine et dans le déplacement forcé du peuple palestinien. Etant donnée “la complicité de l’Association Israélienne des Architectes Unis dans la construction par Israël des colonies israé-liennes illégales, ce n’est que justice qu’elle soit exclue des forums internationaux. A la suite du désinvestissement d’Israël des principales caisses de retraite et du fait que des artistes en vue se joignent au boycott, le vote de l’IRAB montre que le boycott d’Israël s’est répandu à l’ensemble de la société.

 

Félicitations aux Architectes et aux Urbanistes pour la Justice en Palestine et à l’IRAB pour leur position de principe.” Après un débat serré et passionné du Conseil le 19 mars, le pilier de l’association professionnelle des architectes du RU, l’IRBA, a approuvé la motion soutenant l’action qui devrait être menée par l’Union Internationale des Architectes pour suspendre l’association Israélienne des Architectes Unis (AIAU) de l’organisme mondial des architectes, l’UIA.

 

La motion a été approuvée par 23 pour, 16 contre et 10 abstentions. Le vote suit l’adoption d’une motion similaire en début de semaine par la Société Royale des Architectes d’Ecosse (SRAE) “Puisque l’Association Israélienne des Architectes Unis (AIAU) n’a pas tenu compte de la résolution n° 13 de l’UIA de 2005 et de 2009, l’IRAB appelle l’UIA, en tant que garant international des normes professionnelles et éthiques de notre profession, à suspendre l’appartenan-ce de l’Association Israélienne des Architectes Unis, jusqu’à ce qu’elle s’oppose à ces projets illégaux et se conforme au droit international, aux Statuts de l’UIA et à la Résolution n° 13”, lit-on dans la motion de l’IRAB.

 

La campagne entamée et développée pendant plus de sept ans par les Architectes et Urbanistes pour la Justice en Palestine (AUJP) a été menée à bien par un important travail d’équipe, par une action courageuse de l’ancienne présidente de l’IRAB Angela Brady et les membres en activité du Conseil George Oldham et Owen O’Carroll qui ont déposé la motion signée par de nombreux membres de l’IRAB et des archi-tectes inscrits au registre de la profession, parmi lesquels des ténors de la profession dont Charles Jencks, Ted Cullinan, Will Alsop, Peter Ahrends et Neave Brown

 

La construction de colonies illégales, contraires à l’article 49 de la 4ème Convention de Genève qui interdit le transfert de populations civiles dans un territoire occupé de force, est considérée comme une grave infraction et donc comme des crimes de guerre auxquels les architectes israéliens sont étroitement associés. Ce développement des colonies a eu pour résultat le déplacement forcé de milliers de Palestiniens, l’ex-propriation de leurs maisons et de leurs terres, l’effacement de leur culture et de leur histoire, qui continuent depuis 1967 dans l’impunité malgré des condamnations répétées à l’échelle mondiale.

 

Les incitations persistantes de l’AUJP sur l’UIA pour qu’elle agisse à propos de ces infractions aux droits de l’homme et aux codes moraux de pratique contenus dans les Statuts de l’UIA ont eu pour résultat la Résolution n° 13, confirmée en 2009, condamnant de tels projets illé-gaux. Cela a recueilli l’indifférence totale et le refus de toute action à ce propos ou condamnation par l’Association Israélienne des Architec-tes Unis (AIAU) qui a mis l’accent sur le fait qu’elle n’étaient concernée que par la conception de plans et non par les actions politiques de ses membres.

 

Cependant toute la profession immobilière est étroitement liée au programme politique et militaire d’Israël de confiscation et de conservation d’autant de terres possible en refusant un Etat palestinien pleinement souverain.

 

2013 a été une année-record pour la construction de nouvelles colonies et le chiffre de 2014 est déjà supérieur, avec la construction projetée de 2534 logements, avec plus de 550.000 colons juifs en Cisjordanie occupée. En attendant, les Palestiniens vivent dans des enclaves stricte-ment surveillées entourées par le Mur illégal de Séparation et des routes de ségrégation, se voyant refuser l’autorisation de construire et au lieu de cela voyant leur maisons confisquées ou démolies –tout ceci rappelant l’apartheid en Afrique du Sud.

 

Ne pas avoir agi aurait amené l’IRAB à se taire et à tolérer la mauvaise conduite de leurs associés professionnels. En envoyant un message clair à l’AIAU et à l’UIA, l’IRAB et la SRAE agissent pour l’intégrité et l’exercice moral de notre profession et soutient l’appel de la société civile palestinienne à des sanctions contre l’impunité d’Israël.

 

 

___________________________________________________________________________________________________________________________  
 
 

DOSSIERS

   

Sortie du rapport final de l’ONU sur la Palestine occupée

 Affaires stratégiques, mardi 25 mars 2014

 
 
 
 

A l’occasion de la présentation de son rapport final, le rapporteur spécial des Nations unies sur la Palestine oc-cupée, Richard Falk, a demandé une évaluation par la Cour internationale de Justice (CIJ) sur le statut légal de l’occupation prolongée israélienne de la Palestine.

Surtout, M. Falk a appelé la CIJ à étudier les allégations selon lesquelles cette occupation présenterait des carac-téristiques légalement inacceptables de « colonialisme », d’« apartheid » et de « nettoyage ethnique ».

               Outre l’institution judiciaire internationale, le rapporteur a également demandé au Conseil des droits de l’Homme onu-sien (CDH) à examiner les implications légales de l’occupation de la Palestine et a exhorté la communauté inter-nationale à agir résolument pour faire respecter les droits humains des Palestiniens.

                  Selon M. Falk, qui a servi durant six ans en tant qu’expert indépendant mandaté par le CDH pour rendre compte de la situation humanitai-re dans les territoires occupés par Israël depuis 1967, « des mesures spéciales doivent être prises pour s’assurer que les droits humains du peuple palestinien sont protégés et que l’état de droit est établi dans le cadre d’une occupation qui dure maintenant depuis plus de 45 ans ».

Suite : http://www.france-palestine.org/Sortie-du-rapport-final-de-l-ONU

 

 
  ________________________________________________________________________________________________
 
 

 

La reconnaissance d’un "Etat juif" critiquée par Kerry

 
 

 

 

Le Nouvel Observateur/AFP, vendredi 14 mars 2014

 

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a qualifié vendredi 14 mars d’"erreur" l’insistance du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à faire de la reconnaissance d’Israël com-me "Etat juif" par les Palestiniens une condition sine qua non d’un accord de paix.

"Je pense que c’est une erreur de la part de certaines personnes de soulever ce sujet encore et encore comme le critère essentiel de leur attitude envers la possibilité d’un Etat [palestinien, NDLR] et de la paix, et nous l’avons évidemment exprimé", a déclaré John Kerry, sans nom-mer Benjamin Netanyahu, devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants...

Suite : http://www.france-palestine.org/La-reconnaissance-d-un-Etat-juif   

 
____________________________________________________________________________________________
     
 

La France est-elle malade du conflit israélo-palestinien ?

Jean-Claude Lefort, jeudi 13 mars

 

« Le courage c’est de chercher la vérité et de la dire » – cette phrase connue de Jean Jaurès, qui est bien plus qu’une simple phrase en réalité, m’est venue immé-diatement à l’esprit une fois refermé le dernier livre de Pascal Boniface : « La France malade du conflit israélo-palestinien » [1].

 

On se souvient, en effet, qu’en 2003 le même auteur avait publié, après avoir es-suyé un refus de 7 maisons d’éditions, un livre toujours très précieux à lire, que je recomman-de, dont le titre était des plus incisifs : « Est-il permis de critiquer Israël ? » [2]

Cela devait valoir à Pascal Boniface un déchainement de haine effroyable, et pire encore : une volonté de nuire et même de casser. Le casser lui mais aussi l’institut dont il est le directeur, l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS).

 

Devant cette déferlante, qui laisse encore ses marques, devant une campagne qui n’avait pas ménagé ses doses d’avanies mêlées à des attaques personnelles immondes, Pascal Boniface aurait pu choisir de faire le gros dos. Il aurait pu s’interdire, par confort personnel, de ne plus parler de ce sujet.

 

Cela l’a d’ailleurs interrogé. Il ne cache pas s’être posé la question avant d’écrire ce nouveau livre. Et il a tranché : « J’ai pris la décision de faire ce livre parce que je n’ai pas peur. Non pas que l’affaire ne soit pas risquée, bien au contraire, mais parce que le courage n’est juste-ment pas l’ignorance des risques. Parce que plus un sujet est sensible et prétendument tabou, plus il convient de le traiter. » Et il poursuit : « Intellectuels et responsables communautaires (…) sont en train de faire de la politique israélienne une ligne de clivage entre juifs et non-juifs. Et c’est pour cela que j’ai voulu écrire de livre. » Cela mérite déjà d’être salué, au mini-mum. Car être libre, quoi qu’il en coûte, ce n’est pas une qualité des plus partagée dans le monde aujourd’hui… Car le sujet abordé dans ce livre est « chaud-bouillant », comme on dit. Il serait étonnant qu’il ne suscite pas encore une levée de boucliers et que ne fuse pas encore l’infâmant qualificatif d’antisémitisme.

 

Suite : http://www.france-palestine.org/La-France-est-elle-malade-du

 

Soutien en ligne : http://chn.ge/1gZXRZK

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
 
     
Repost 0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 10:54

http://www.france-palestine.org/La-France-doit-soutenir-les

Après le refus israélien de libérer le dernier groupe de pri­son­niers d’avant Oslo et à l’annonce d’un nouvel appel d’offres pour 700 loge­ments dans les colonies de Jérusalem-​​Est, Mahmoud Abbas a annoncé dans une inter­vention télé­visée la décision unanime de la Direction pales­ti­nienne d’adhérer à 15 agences de l’ONU et traités inter­na­tionaux, à com­mencer par la Qua­trième Convention de Genève sur la pro­tection des civils. Il a solen­nel­lement signé devant les caméras la demande d’adhésion à ce texte.

Par cette décision, tirant les leçons du refus obstiné d’Israël de s’engager dans des négo­cia­tions sérieuses, l’OLP reprend la bataille diplo­ma­tique aux Nations unies.

                 

                   L’AFPS demande à la France d’en prendre acte et d’appuyer sans réserve les démarches pales­ti­niennes, y compris par une pleine recon­nais­sance de l’État de Palestine dans les fron­tières du 4 juin 1967.

 

                  Ce faisant, elle sera en pleine cohé­rence avec ses votes récents au Conseil des droits de l’homme de l’ONU en faveur de l’autodétermination du peuple pales­tinien, elle mar­quera son refus de voir la force primer sur le droit et contri­buera à bloquer la spirale infernale de la colo­ni­sation qui ruine toute solution poli­tique et ne peut déboucher que sur le chaos.




--

Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

 

Repost 0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 09:27

 

Bulletin d’information

 

Association France Palestine Solidarité du Pays de Lorient 

 

 

Vie locale

 

 

« Route 60 » avec le réalisateur Alaa ASHKAR.

 

Un itinéraire au-delà des frontières JEUDI 20 MARS 2014 à 19h

 

CINEVILLE 4 Bd Joffre LORIENT

 

Durée du film : 74 mn

 

Projection suivie d’un débat avec le du réalisateur

 

Entrée (tarif unique) : 5 euros

 

19H au CINEVILLE de LORIENT

 

La soirée sera organisée par les groupes locaux :

 

CRISLA, LE MOUVEMENT DE LA PAIX, AMNESTY INTERNATIONAL, CCFD-TERRE SOLIDAIRE, APPS.

 

 

« Un périple poétique dans la vie quotidienne des palestiniens, en Cisjordanie, à la rencontre de rêves et de passions, de l’espoir et du désespoir. Pour la première fois de ma vie de palesti-nien, citoyen d’Israël, je suis parti pour incarner l’expérience de l’occupation qui tout au long de ma jeunesse, fut dénaturée... »

 

Alaa Ashkar, 34 ans, citoyen israélien, Palestinien de Galilée, après avoir étudié à Sciences-Po et beaucoup voyagé dans le monde, se pose des questions sur son identité. Son éducation àl’é-cole israélo-arabe, la politique de peur instillée par l’Etat d’Israël au sein de sa population, les pressions de la société israélienne ont façonné sa vision des territoires occupés, lui ont appris à se défier des Palestiniens de Cisjordanie. Il décide d’aller voir par lui-même.

 

Pour cela il nous conduit sur la route 60 qui traverse du Nord au Sud la Cisjordanie et nous fait partager ses rencontres. Aux Palestiniens de’Hébron, de Bethléem, de Naplouse, de Ramallah, de la Vallée du Jourdain ou du camp de Balata, il pose la question de ce qu’est pour eux l’occu-pation, quels sont leurs rêves, leurs ambitions.

 

Il réalise avec nous que l’occupation n’est pas seulement physique (checks points, murs, colo-nies), mais qu’elle pèse sur toute la vie des palestiniens, conditionnée par la restriction des mouvements, des libertés, des rêves et des ambitions. A travers ces belles rencontres et ces té-moignages pleins de bon sens et de dignité, on mesure le désespoir plus ou moins caché des Palestiniens.    

________________________________________________________

 

 

BILAN DU 15 FEVRIER

 

38 personnes ont participé le 15 février dernier à la journée d’étude organisée par notre associa-tion à l’Auberge de jeunesse du TER.

 

- Intervenants :

 

- Bernard RAVENEL, historien, ancien Président de l’AFPS et de la « Plateforme des

 

ONG pour la Palestine »

 

- Sylviane DE WANGEN, co-fondatrice de France Terre d’Asile, juriste, ancienne consultante au HCR (Haut Comité aux Réfugiés des Nations Unies).

 

La journée d’étude s’est déroulée en deux temps, sur deux thèmes :

 

- la matinée : introduction à la question de la Palestine à partir des dates-clefs du conflit israélo-palestinien, par Bernard RAVENEL

 

- l’après-midi : la question des réfugiés et le droit au retour, par Sylviane DE WANGEN

 

Tout au long de la journée, un débat fort intéressant s’est instauré autour de questionnements historique, politique, social, culturel, religieux :

 

- la création du mouvement sioniste : revendication « d’une patrie perdue »

 

- le développement de la colonisation de la Palestine et son pendant, le partage

 

- la résistance populaire : place des femmes

 

- les enfants palestiniens maltraités et emprisonnés

 

- les droits des Palestiniens : notamment ressortissants d’Israël, les restrictions de circul tion, d’achat de terre, d’emplois …

 

  • la question des minorités

  • -La question cruciale de l’eau

    - le Fatah et le Hamas aujourd’hui

    - le passeport palestinien et le droit de circuler

    - la notion de patrie et d’Etat, de nation et de citoyenneté

    - les réfugiés, « les déplacés », la diaspora, les camps, le droit au retour

    - les politiques des pays arabes

    Autant de questions qui ont permis un réel échange entre les participants et les intervenants.

  •  

    La conclusion s’est articulée autour de 3 éléments nouveaux :

     

    - la position de Barak OBAMA : discours du Caire « la question palestinienne doit être résolue »

     

    - la résistance non violente des Palestiniens et son impact sur l’opinion mondiale

     

    - le nouveau contexte international : les révolutions arabes

     

  •  

    Monsieur Gwendal ROUILLARD, Député de la circonscription est venu saluer les invités, apporter son soutien aux travaux de l’AFPS Pays de Lorient et rappeler qu’il peut à l’occa-sion se faire le porte-parole des problèmes des Palestiniens à l’Assemblée Nationale.

     

    Lectures conseillées en rapport avec les deux thématiques :

     

    dossier d’accueil AFPS destiné aux nouveaux adhérents (juin 2012)

     

    cahier AFPS n° 1 (édition 2011) « les 23 dates-clefs » du conflit israélo-palestinien

     

    cahier APFS n° 13 (15.06.2004) « la question des réfugiés et le droit au retour »

     

    les autres numéros de cahiers sont également utiles à la lecture

     

    Depuis le 29.11.2012, la PALESTINE EST DEVENUE UN ETAT OBSERVATEUR A

     

    L’ONU, non membre puisqu’il n’ A PAS LE DROIT DE VOTE.

     

    ____________________

  •  

     

    Prochaines séances

     

    Vu le succès de cette première journée il est évident pour nous que l’expérience doit être poursuivie. Ce jour nous n’avons pas eu le loisir de décider d’un calendrier ni de thèmes car d’autres événements nous demandent aussi du temps (projection de « Route 60 », prépara-tion d’un voyage en Palestine en juin) mais dans le prochain bulletin nous serons en mesure d’annoncer un programme précis.

     

    __________________________________________________________________________  

  •  

  • La vallée du Jourdain est vitale pour l’État palestinien

 

Le futur de cette terre située le long du fleuve Jourdain mine les négociations israélo-palestiniennes. Grenier potentiel pour l’État pales-tinien en gestation, la zone subit aujourd’hui les plus sévères restric-tions israéliennes.

 

L’aile droite du Likoud de Benya-min Netanyahou a proposé, fin dé-cembre, une annexion pleine et en-tière du territoire conquis durant la guerre des Six jours.

 

Si Ghaled Younes avait un voeu à faire, ce serait de pouvoir creuser : « Le sous-sol est gor-gé d’eau. Mais je ne peux pas y toucher », se désole le paysan, en lisière de ses champs secs d’aubergines et de concombres. Avec les autres paysans de Jeflik, un petit village pales-tinien du nord de la vallée, il doit faire preuve chaque jour de trésors d’ingéniosité pour culti-ver cette terre de conflit, devenue inhospitalière pour les 53 000 habitants palestiniens de la région.

 

La suite : http://www.france-palestine.org/La-vallee-du-Jourdain-est-vitale

  _________________________________________________________________________

 

 

Cisjordanie : Israël continue d’utiliser la force en toute impunité

 

Amnesty International, jeudi 27 février 2014

 

Les forces de sécurité israéliennes ont fait preuve d’un mépris criant pour la vie humaine en tuant de nombreux civils palestiniens, dont des enfants, en Cisjordanie occupée au cours des trois dernières années, et ce dans une impunité quasi-totale. C’est ce que démontre un rapport d’Amnesty International publié le 27 février 2014. Ce rapport, intitulé "Trigger-happy : Israel’s use of excessive force in the West Bank", expo-se la violence croissante et les atteintes aux droits humains commises dans les territoires pa-lestiniens, conséquences de l’utilisation par les forces israéliennes d’une force inutile, arbi-traire et brutale contre les Palestiniens depuis janvier 2011.

 

La Suite : http://www.france-palestine.org/Cisjordanie-Israel-continue-d

 

__________________________________________________________________________

 

 

Des crimes qui en disent long

 

Communiqué de l’AFPS 28 février

 

 

 

L’assassinat délibéré le 27 février de Moataz Washaha, 24 ans, militant du FPLP, dans sa maison de Birzeit survient deux jours après la mort de Jihad Abdul Rahman Attawil, 47 ans, battu et aspergé de gaz lacrymogènes dans sa cellule. Deux crimes révoltants qui en disent long sur le sentiment d’impunité des forces d’occupation israéliennes.

 

Ils s’inscrivent en fait totalement dans la logique politique mise en oeuvre par Netanyahou : réprimer férocement toute résistance dans le but de museler le peuple palestinien.

 

C’est précisément ce que vient de mettre en évidence le rapport d’Amnesty internatio-nal présenté par Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International : « La fréquence et la persistance du recours à la force arbitraire et abusive contre des manifestants pacifiques en Cisjordanie par les soldats et les policiers israéliens – ainsi que l’impunité dont ils bénéficient – laissent à penser qu’il s’agit là d’une politique.».

 

Le Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies et les Chefs de missions de l’UE à Jé-rusalem avaient déjà fait des constatations similaires.

 

A la violence de l’armée vient s’ajouter la violence des colons qui agissent également en tou-te impunité.

 

C’est ce qu’on constate toutes les semaines, de Nabi Saleh à Kafr Qaddoum, et dans toutes les manifestations de la résistance populaire. Et cela va de pair avec l’extrême violence des évictions et destructions de maisons à Jérusalem ou d’habitations et installations dans la val-lée du Jourdain.

 

Face à la réalité et à la cohérence d’une politique, qui vise à rien moins que faire plier tout un peuple pour imposer sa domination, combien de temps le gouvernement français pourra-t-il continuer comme si de rien n’était, en se bornant à accompagner le développement de ses coopérations et ses relations « amicales » avec Israël de condamnations ponctuelles sans ef-fet ?

 

En faut-il plus dans l’abjection pour qu’enfin soit posée la question des sanctions ?

 

__________________________________________________________________________

 

 

INFO GAZA

 

Infos Gaza 696

 

Infos Gaza 696 bis

 

Lire la suite : http://palestine33.free.fr/

 

_______________________________________________________________

 

 

CAMPAGNES

 

Campagne Prisonniers

 

Les Forces d’Occupation Israéliennes visent les organisations de défense des Droits de l’Homme par des descentes nocturnes coordonnées

 

25 février 2014, Ramallah occupée – L’Association Addameer de Soutien aux Prisonniers et de défense des Droits de l’Homme condamne les actions ciblées répétées contre la société civile palestinienne perpétrées par les Forces d’Occupation Israéliennes (FOI).

 

              A la premiè-re heure, ce matin, les bureaux et les domiciles de plusieurs salariés de la Fondation de Soli-darité pour les Droits de l’Homme, établie à Naplouse, ont été visés par plusieurs descentes coordonnées. Au total, cinq employés en fonction et un ancien employé de l’organisation ont été placés en détention par les FOI et sont actuellement détenus dans plusieurs centres de détention israéliens.

             A une heure ce matin, 35 soldats des FOI avec des chiens d’attaque ont fait une descente au domicile de Farès Abu Hassan, le directeur de l’organisation, en faisant sauter la porte de sa maison avec des explosifs. Sa famille, comprenant sa femme et six enfants, le plus jeune d’entre eux ayant juste trois mois, étaient à la maison à ce moment-là. Les FOI ont ensuite saccagé sa maison, en détruisant ses biens personnels et en volant les téléphones et les ordi-nateurs portables, les iPads et les papiers personnels.

             La descente a duré deux heures pen-dant lesquelles Farès a été séparé de sa famille et interrogé. Il a ensuite été emmené au cen-tre d’interrogatoire de Petah Tikva où il est maintenu. Au même moment ce matin, la maison d’Ousama Makboul, un avocat au service de l’orga-nisation, a été l’objet d’une descente des FOI. Un grand nombre de soldats des FOI ont en-touré la maison et 15 soldats environ sont entrés chez lui. Les FOI ont aussi saccage son foyer, en détruisant nombre de ses biens personnels et en volant de l’argent, son téléphone portable et son ordinateur.

  

                Ousama a ensuite été emmené vers une destination inconnue. Le secrétaire de l’organisation, Narim Salem, a aussi été arrêté et enlevé à son domicile à la première heure ce matin et a ensuite été emmené au centre d’interrogatoire de Petah Tikva. L’ordinateur de Narim a aussi été volé chez lui par les FOI.

 

                Mohammed Abed, avocat, et Ahmed Bitawi, journaliste, travaillant tous les deux pour l’or-ganisation ont aussi été arrêtés ce matin. Un ancien employé et avocat de l’organisation, Ah-med Sharif, a aussi été arrêté.

                A une autre occasion, Abdel Razek Farraj, employé du Comité des Travailleurs Agricoles, a aussi été capturé à son domicile à Ramallah à 2 h du matin. Abdel a précédemment passé 11 années dans les prisons israéliennes, dont 5 années en détention administrative, qui est une procédure qui autorise les militaires israéliens à détenir des prisonniers indéfiniment, en fonction de “renseignements secrets”, sans les inculper ou sans les autoriser à passer en jugement. Abdel a été libéré de sa dernière période de détention administrative en juillet 2012.

              On ignore actuellement les tenants et aboutissants le concernant.

 

           Les arrestations d’aujourd’hui sont évidemment une continuation de la politique israélienne visant les organisations de la société civile israélienne dans l’intention de réprimer leur important travail de mise en évidence des brutalités de l’occupant et de défense des droits palesti-niens.

           Addameer appelle le Comité International de la Croix rouge et les Nations Unies à obliger Israël à rendre compte de ses actes et à protéger les civils vivant sous occupation en applica-tion des articles 4, 13, 27, et 47 de la Quatrième Convention de Genève. Addameer met aussi l’accent sur l’importance de l’intervention immédiate des organisations internationales de défense des Droits de l’Homme pour aboutir à la libération de ceux qui ont été arrêtés aujourd’hui et pour condamner la politique continuelle consistant à prendre pour cible la société civile palestinienne.

 

AGISSEZ MAINTENANT !

 

Ecrivez au gouvernement israélien, aux autorités militaires et judiciaires et réclamez la libération de ceux qui ont été arrêtés aujourd’hui.

 

 

Brigadier General Danny Efroni (Général de Brigade, Juge Militaire Avocat Général)

 

Military Judge Advocate General

 

6 David Elazar Street

 

Harkiya, Tel Aviv

 

Israel

 

Fax: +972 3 608 0366; +972 3 569 4526 Email: arbel@mail.idf.il; avimn@idf.gov.il

 

 

Maj. Gen. Nitzan Alon (Général de Division)

 

OC Central Command Nehemia Base, Central Command (Officier Commandant la Base de Nehemia, Commandement central)

 

Neveh Yaacov, Jerusalam

 

Fax: +972 2 530 5741

 

Minister of Defense Moshe Smilansky (Ministre de la Défense)

 

Ministry of Defense (Ministère de la Défense)

 

37 Kaplan Street, Hakirya

 

Tel Aviv 61909,

 

Israel

 

Fax: +972 3 691 6940 / 696 2757

 

 

Col. Eli Bar On

 

Legal Advisor of Judea and Samaria PO Box 5 (Conseiller Juridique pour la Judée et Samarie/ Cisjordanie)

 

Beth El 90631

 

Fax: +972 2 9977326

 

(traduit de l’anglais par Y. Jardin, du GT sur les Prisonniers)

 

 

 

http://www.addameer.org/etemplate.php?id=666

 

 

 

 

Campagne BDS

 

Cher(e)s ami(e)s, Une 2ème rencontre avec Christiane Taubira a été obtenue par Jean-Claude Lefort (Député honoraire, Président d'honneur et membre du CN de l'AFPS) avec l'appui de Monique Ceri-sier Ben-Guiga (Sénatrice Honoraire, membre du CN de l'AFPS), de la CGT et de la LDH, et aura lieu dans une quinzaine de jours.

 

La pétition du Collectif National pour l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie compte à ce jour à peine 5300 signatures.

 

Pour peser lors de cet entretien, nous devons recueillir un maximum de signatures Merci donc, si vous ne l'avez pas encore fait, de cliquer sur ce lien pour signer la pétition :

 

http://www.france-palestine.org/Boycott-Desinvestissement,20332 et n'hésitez pas à la proposer dans vos réseaux personnels…

 

Le Bureau National de l’AFPS

 

___________________________________________________________________________

 

 

  • DOSSIERS

  • Les réfugiés palestiniens otages du conflit syrien Lina Sankari, L’Humanité, jeudi 20 février 2014

  •  

  • Entraînés dans une guerre qui ne les concerne pas, les réfugiés palestiniens du camp de Yar-mouk supportent le siège de l’armée de Bachar Al Assad depuis sept mois. Des dizaines de cas de décès dus à la malnutrition ont été rapportés.

     

  • Dans un décor d’apocalypse, les enfants se nourrissent d’herbe et de carton. Après un siège de sept mois organisé par le pouvoir syrien, les Palestiniens du camp de réfugiés de Yar-mouk, au sud de Damas, meurent d’une guerre qui ne les concerne pas. Depuis le 8 février, aucune aide alimentaire n’est parvenue aux habitants, pris en otage dans un pays qui n’est pas le leur.

  • Avant le début du conflit syrien, ce camp, sorti de terre en 1957, abritait 250 000 ré-fugiés palestiniens et civils syriens ; ils ne sont plus que 18 000 aujourd’hui à n’avoir pu fuir les combats entre l’insurrection syrienne ou étrangère et le régime de Bachar Al Assad. Entre snipers et tirs de mortier.

  • Samedi, l’Agence des Nations unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a exhorté l’ensemble des parties à autoriser l’accès au camp pour des raisons humanitaires. Dans le cas contraire, elle prédit un désastre.

  • La suite : http://www.france-palestine.org/Les-refugies-palestiniens-otages

  • ___________________________________________________________________________

 

 

Boycotter les colonies israéliennes : un délit, un droit ou un devoir ?

 

RTBF, vendredi 28 février 2014

 

                  Israël est de plus en plus soumis à la menace d’un boycott européen des produits issus des colonies illégales établies sur des territoires palestiniens. Plusieurs campagnes viennent d’être lancées par des ONG, mais aux yeux du spécialiste en droit international François Dubuisson, ce boycott est avant tout un devoir légal qui s’impose aux Etats. Pour Israël la menace est d’autant plus sérieuse qu’un boycott européen pourrait entraîner une perte directe de 4,2 milliards d’euros et de 10 000 emplois.

 

                   Professeur de droit international à l’ULB, François Dubuisson a réalisé un rapport documenté de 75 pages sur les obligations de l’Union européenne dans les colonies israéliennes. Selon le professeur, l’Union (et donc chacun des 28 Etats membres) ne peut entretenir de relations économiques et commerciale avec des colonies installées dans un pays occupé. Pour lui, ce n’est pas une question de choix politique, mais plus simplement de droit.

 

La suite : http://www.france-palestine.org/Boycotter-les-colonies

 

___________________________________________________________________________

 

 

La lutte inégale des Bédouins contre les bulldozers israéliens en Cisjordanie

 

Laurent Zecchini, Le Monde, vendredi 28 février 2014

 

Israël renforce son contrôle sur la vallée du Jourdain en expulsant des Bédouins palestiniens. L’avenir de cette région est devenu un des points les plus sensibles du processus de paix.

 

 

                  Ce 30 janvier, il était 6 h 30 du matin lorsqu’une quinzaine de véhicules de l’administration civile et de l’armée israélienne sont arrivés sur le lieu-dit   En pleurs, les femmes et les enfants ont assisté au spectacle des tentes déchiquetées, de leurs maigres possessions écrasées. Les soldats, qui avaient sorti au préalable quelques matelas, les ont empêchés de s’approcher. Tel est le lot des Bédouins palestiniens installés dans la vallée du Jourdain, région située dans la " zone C ", cette partie du territoire palestinien qui recouvre 61 % de la Cisjordanie occupée et où Israël exerce un contrôle total.

 

La suite : http://www.france-palestine.org/La-lutte-inegale-des-Bedouins

 

 

  _______________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 09:16

 

POUR INFO


 
De : Palestinian BDS National Committee 
 
 
A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau est lancée la Première Semaine Internationale de Boycott de Mekorot  
 

stopmekorot.org 
 
Des militants du monde entier prennent part à une semaine d’action contre la société nationale israélienne de l’eau, Mekorot, le principal acteur de la ségrégation en matière d’eau visant les Palestiniens. La semaine est lancée le 22 mars, Journée Mondiale de l’Eau, et dure jusqu’au 30 mars, date à laquelle les Palestiniens célèbrent la Journée de la Terre pour protester contre le vol systématique par les Israéliens des terres et des ressources.La mobilisation constitue une réponse à un appel des organisations palestiniennes, PENGON/ Amis de la Terre-Palestine, Comité Palestinien du BDS et la Coalition pour la Défense de la Terre.
   
Dénoncer la ségrégation en matière d’eau de Mekorot
 

La Campagne Stop Mekorot est issue de l’action civique dans des pays où Mekorot a essayé de s’implanter par des contrats lucratifs souvent liés à es démarches de privatisation de l’eau. Mekorot prétend vendre son “expertise” en matière d’eau, mais cache son rôle dans le refus persistant de l’accès à l’eau pour les Palestiniens, qui comprend sa collusion avec l’armée israélienne dans la destruction des infrastructures hydrauliques palestiniennes, tout en fournissant des quantités d’eau illimitées aux Israéliens. Les pratiques de Mekorot ont été dénoncées par l’Onu et les groupes de défense des doits de l’homme, cependant des gouvernements ont traité avec Mekorot comme si de rien n’était. Il y a toutefois des signes de changement. Aux Pays-Bas, Vitens, la plus grande société d’approvisionnement en eau du pays, a mis un terme à son contrat avec Mekorot , juste quelques jours après avoir signé la convention mentionnant l’implication de Mekorot dans l’occupation militaire par Israël de la Palestine. En Argentine, les participants à la campagne ont réussi à faire suspendre un contrat gouvernemental important de plusieurs millions de dollars avec Mekorot pour la construction d’une station de traitement des eaux usées.
 
Pour les 6 raisons fondamentales de boycotter Mekorot, voir:
http://stopmekorot.org/6-reasons-to-boycott-mekorot/   
 
Empêcher la ségrégation en matière d’eau de Mekorot de devenir mondiale 
 

La campagne Stop Mekorot a pour but de dénoncer les partenariats avec Mekorot et de l’amener à rendre des comptes pour sa complicité dans les violations du droit et dans la mise à mal des droits humains des Palestiniens. Pour lancer la semaine, lors de la Journée Mondiale de l’Eau, les participants à la campagne ont organisé:


 
un Coup de Tonnerre pour augmenter la prise de conscience du public sur Mekorot, à 18 h GMT. Plus de 250 personnes se sont inscrites au Coup de Tonnerre avec une portée sociale de plus de 300.000.

  • Les réalisateurs de la série “Les Aventures de l’Apartheid” y ont contribué par une vdeo sur YouTube qui tourne en dérision les affirmations de Mekorot, en les opposant aux réalités barbares de l’occupation, video que l’on peut trouver ici : https://www.youtube.com/watch?v=xunD5IgGFyc (disponible en anglais, espagnol, portugais, italien et français)
  • Dans le monde les participants à la campagne organisent des actions pour marquer la semaine:
  • Au Portugal, le premier pays à lancer une campagne en 2009, les militants se rassembleront sur la principale place de Lisbonne pour appeler EPAL, la société de service des eaux de Lisbonne à ne pas renouveler son protocole d’accord avec Mekorot qui doit être renouvelé cet été. Ceci est la suite des efforts faits au Parlement portugais cette semaine pour dénoncer le contrat. En Italie, un “point de contrôle de l’eau” sera présenté au cours d’une réprésentation de théâtre de rue, pour protester contre l’accord de coopération signé entre Acea, société des eaux de Rome et Mekorot.
  • Tout une suite d’évènements et de débats se tiendront en Argentine, aux USA, en Grèce, en Uruguay.
  • Dans une dizaine de pays d’Europe, des Amériques et d’Asie, des initiatives médiatiques et des efforts pour accroître la prise de conscience auront lieu. 
On peut trouver le calendrier complet sur stopmekorot.org website.
Pour prendre part aux activités pendant la semaine voir: http://stopmekorot.org/take-action
Repost 0
Published by afpslorient - dans La colonisation
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 11:46

Envoyé le 20 mars 2014 par AP JP

 

 Le Conseil de l’Institut Royal des Architectes Britanniques  a voté l’appel à l’Union Internationale des Architectes en faveur de l’exclusion de l’Association Israélienne des Architectes Unis en raison du refus de celle-ci de s’opposer à la construction par Israël de colonies illégales en territoire palestinien occupé. 
 

Abe Hayeem, membre de l’IRAB et président des Architectes et Urbanistes pour la Justice en Palestine a déclaré:
 

“Cette motion envoie un message clair selon lequel il y a un prix à payer pour les décennies de longue impunité d’Israël dans la poursuite de ces politiques d’apartheid, et selon lequel les principes humanitaires de notre profession ne peuvent être ignorés. Un petit pas est fait par le Conseil de l’IRAB en soutenant cette motion –un bond significatif en faveur de la morale, de la justice et de l’intégrité dans notre profession.” 
 

Répondant à la nouvelle, Rafeef Ziadah, un porte-parole du Comité National Palestinien du BDS, la coalition des syndicats, des campagnes en cours, des ONG et des partis politiques palestiniens, qui s’emploie à diriger et à soutenir le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) a déclaré:
 

“Les architectes et urbanistes ont un rôle central dans la colonisation israélienne de la terre de Palestine et dans le déplacement forcé du peuple palestinien. Etant donnée la complicité de l’Association Israélienne des Architectes Unis dans la construction par Israël des colonies israéliennes illégales, ce n’est que justice qu’elle soit exclue des forums internationaux. 
 

A la suite du désinvestissement d’Israël des principales caisses de retraite et du fait que des artistes en vue se joignent au boycott, le vote de l’IRAB montre que le boycott d’Israël  s’est répandu à l’ensemble de la société. Félicitations aux Architectes et aux Urbanistes pour la Justice en Palestine et à l’IRAB pour leur position de principe.” 

Après un débat serré et passionné du Conseil le 19 mars, le pilier de l’association professionnelle des architectes du RU, l’IRBA, a approuvé la motion soutenant l’action qui devrait être menée par l’Union Internationale des Architectes pour suspendre l’association Israélienne des Architectes Unis (AIAU) de l’organisme mondial des architectes, l’UIA. La motion a été approuvée par 23 pour, 16 contre et 10 abstentions. Le vote suit l’adoption d’une motion similaire en début de semaine par la Société Royale des Architectes d’Ecosse (SRAE)   
 

“Puisque l’Association Israélienne des Architectes Unis (AIAU) n’a pas tenu compte de la résolution n° 13 de l’UIA de 2005 et de 2009, l’IRAB appelle l’UIA, en tant que garant international des normes professionnelles et éthiques de notre profession, à suspendre l’appartenance de l’Association Israélienne des Architectes Unis, jusqu’à ce qu’elle s’oppose à ces projets illégaux et se conforme au droit international, aux Statuts de l’UIA et à la Résolution n° 13”, lit-on dans la motion de l’IRAB. 
 
La campagne entamée et développée pendant plus de sept ans par les Architectes et Urbanistes pour la Justice en Palestine (AUJP) a été menée à bien par un important travail d’équipe, par une action courageuse de l’ancienne présidente de l’IRAB Angela Brady et les membres en activité du Conseil George Oldham et Owen O’Carroll qui ont déposé la motion signée par de nombreux membres de l’IRAB et des architectes inscrits au registre de la profession, parmi lesquels des ténors de la profession dont Charles Jencks, Ted Cullinan, Will Alsop, Peter Ahrends et Neave Brown   
 
La construction de colonies illégales, contraires à l’article 49 de la 4ème Convention de Genève qui interdit le transfert de populations civiles dans un territoire occupé de force, est considérée comme une grave infraction et donc comme des crimes de guerre auxquels les architectes israéliens sont étroitement associés. Ce développement des colonies a eu pour résultat le déplacement forcé de milliers de Palestiniens, l’expropriation de leurs maisons et de leurs terres, l’effacement de leur culture et de leur histoire, qui continuent depuis 1967 dans l’impunité malgré des condamnations répétées à l’échelle mondiale.
 
Les incitations persistantes de l’AUJP sur l’UIA pour qu’elle agisse à propos de ces infractions aux droits de l’homme et aux codes moraux de pratique contenus dans les Statuts de l’UIA ont eu pour résultat la Résolution n° 13, confirmée en 2009, condamnant de tels projets illégaux. Cela a recueilli l’indifférence totale et le refus de toute action à ce propos ou  condamnation par l’Association Israélienne des Architectes Unis (AIAU) qui a mis l’accent sur le fait qu’elle n’étaient concernée que par la conception de plans et non par les actions politiques de ses membres. Cependant toute la profession immobilière est étroitement liée au programme politique et militaire d’Israël de confiscation et de conservation d’autant de terres possible en refusant un Etat palestinien pleinement souverain.          
 
2013 a été une année-record pour la construction de nouvelles colonies et le chiffre de 2014 est déjà supérieur, avec la construction projetée de 2534 logements, avec plus de 550.000 colons juifs en Cisjordanie occupée. En attendant, les Palestiniens vivent dans des enclaves strictement surveillées entourées par le Mur illégal de Séparation et des routes de ségrégation, se voyant refuser l’autorisation de construire et au lieu de cela voyant leur maisons confisquées ou démolies –tout ceci rappelant l’apartheid en Afrique du Sud.
 
Ne pas avoir agi aurait amené l’IRAB à se taire et à tolérer la mauvaise conduite de leurs associés professionnels. En envoyant un message clair à l’AIAU et à l’UIA, l’IRAB et la SRAE agissent pour l’intégrité et l’exercice moral de notre profession et soutient l’appel de la société civile palestinienne à des sanctions contre l’impunité d’Israël.
 

- Pour plus d’information: http://www.bdsmovement.net/2014/royal-institute-of-british-architects-backs-israel-boycott-motion-11895#sthash.dkBuCRYR.dpuf
 
(traduit de l’anglais par Y. Jardin) 

Repost 0
Published by afpslorient - dans La résistance
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 11:02

Les condamnations ne suffisent plus !

http://www.france-palestine.org/Les-condamnations-ne-suffisent

AFPS, vendredi 7 février 2014

Les des­truc­tions coor­données de maisons inter­venues depuis le 5 janvier dans quatre quar­tiers pales­ti­niens de Jéru­salem, simul­ta­nément à l’annonce de la construction de plus de 550 loge­ments dans trois colonies encer­clant la ville, sont une nou­velle étape du net­toyage eth­nique mis en œuvre par les auto­rités israé­liennes. Elles consti­tuent une nou­velle et grave vio­lation du droit inter­na­tional qui ne laisse aucun doute sur la volonté de « judaï­sation » de la ville et de spo­liation à grande échelle des pro­priétés pales­ti­niennes. Elles viennent de jeter à la rue des familles entières qui occu­paient leurs loge­ments depuis de nom­breuses années.

A Wadi-​​Fukin, près de Bethléem, village soutenu par nos groupes locaux d’Alsace et de Lor­raine, l’armée israé­lienne est inter­venue pour sac­cager 5 hec­tares de terres agri­coles et déra­ciner 300 oli­viers récemment plantés.

Dans la vallée du Jourdain, le Comité Inter­na­tional de la Croix-​​Rouge (CICR) vient de faire savoir qu’il est contraint d’arrêter la four­niture de tentes aux Pales­ti­niens vic­times de des­truction d’habitations du fait des confis­ca­tions sys­té­ma­tiques par l’armée des tentes fournies comme abris de secours.

A Aïn Hejleh, tou­jours dans la vallée du Jourdain, les mili­tants de la résis­tance popu­laire qui recons­trui­saient le village depuis une semaine, dans la lignée de Bab el Shams, viennent d’être évacués avec bru­talité, malgré la pré­sence de jeunes enfants, par plu­sieurs cen­taines de soldats de l’armée d’occupation.

Une nouvelle fois, bien sûr, la France a condamné ou s’apprête à le faire…

Mais les seules condam­na­tions ver­bales ne sont d’aucun effet sur les auto­rités israé­liennes. Elles n’ont de sens que si elles s’accompagnent de mesures concrètes. Le Royaume-​​Uni, les Pays-​​Bas, le Danemark, l’Allemagne même, ont mis en garde leurs entre­prises contre les inves­tis­se­ments au-​​delà de la ligne verte. La France peut-​​elle continuer à ne rien faire alors qu’elle rap­pelle volon­tiers l’importance de la zone C pour la via­bilité éco­no­mique et poli­tique de l’Etat palestinien ?

Elle a les moyens d’agir vite. Elle doit, sans plus attendre, interdire l’entrée sur le marché français des pro­duits issus des colonies israé­liennes. Elle doit faire siennes les lignes direc­trices de l’UE et renoncer clai­rement à toute coopé­ration bila­térale avec des orga­nismes par­ti­cipant à la colo­ni­sation. Faut-​​il lui rap­peler que le rapport du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, adopté le 22 mars dernier à l’unanimité moins une voix, celle des Etats-​​Unis, appelait Israël à cesser la construction des colonies et à en com­mencer l’évacuation ?

Les limites de l’acceptable sont dépassées depuis long­temps. Il est temps de le faire savoir par des actes !

Le Bureau national

Repost 0
Published by afpslorient - dans La colonisation
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 12:49

 

 

  drapeau palestine

 

 

 

__________________________________________________________________________________________________

 

Page spéciale : Information

 

Le 28 janvier Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT était invité et reçu par le CRIF (Conseil représen-tatif des Institutions Juives de France). A la suite de cette rencontre un compte rendu fallacieux des entretiens était publié sur le site du CRIF auquel Thierry Lepaon a tenu à répondre aussitôt :

Rencontre entre le CRIF et la CGT

Thierry Lepaon écrit à Roger Cukierman vendredi 31 janvier 2014

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Je suis très étonné de découvrir un compte-rendu à la fois partiel et erroné de la rencontre que nous avons eue avec vous-même et des représentants de votre association. Rappelons que cette rencontre faisait suite à une invitation de votre part afin d’évoquer les questions d’actualité et notamment la question de la montée de l’ex-trême droite et notre inquiétude commune face aux relents d’antisémitisme, d’islamophobie et plus globale-ment de racisme dans notre pays.

 

 

 

 

Sur la méthode d’abord, lorsqu’une rencontre de ce type est prévue avec des dirigeants de la CGT et notam-ment le Secrétaire général, il est d’usage de nous faire part au préalable de l’intention de rendre compte publi-quement de l’échange et d’en faire vérifier le contenu par les participants. Ce manque de rigueur de la part d’une organisation comme le CRIF est de nature à entacher une relation de confiance entre nos organisations.

 

 

 

 

Cette démarche aurait permis de corriger une grave inexactitude dans les propos que vous me prêtez concer-nant la position de la CGT vis-à-vis de la campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanction). En l’occur-rence, je n’ai fait que confirmer que la CGT ne s’inscrivait pas dans la campagne BDS. En revanche, la CGT n’a jamais condamné ni ce mouvement ni ses acteurs dont certains sont d’ailleurs des adhérents de la CGT.

Le titre de l’article « La CGT condamne le BDS » posté sur votre site sous la rubrique « Le CRIF en action » me paraît relever d’une intention qui n’est pas respectueuse à l’égard de la CGT et de ses prises de positions.

 

 

 

Je vous demande donc de le supprimer. Afin qu’il ne subsiste aucune ambiguïté sur ce sujet, je me permets de vous rappeler brièvement la position de la CGT et les actions qu’elle mène, aussi bien en faveur de la paix entre les peuples israéliens et palestiniens que de la liberté d’expression des militants du BDS en France.

 

 

Ces actions s’inscrivent dans la solidarité de la CGT à l’égard des travailleurs de tous les pays et en faveur de la paix dans le monde. Elles partent du constat de la situation dramatique de la Palestine qui s’enracine dans l’occupation illégale des territoires conquis par Israël et le renchérissement de sa politique de colonisation. La CGT a toujours oeuvré aux côtés de celles et de ceux qui se mobilisent pour la paix, en Israël comme en Pales-tine. Elle entretient des contacts syndicaux avec les travailleurs de cette région et c’est en lien avec ces organi-sations syndicales qu’elle recherche les moyens les plus efficaces et participe aux campagnes en faveur d’une paix juste et durable au proche-orient.

 

C’est le sens de la délégation conduite par Bernard THIBAULT en février 2013 en Palestine, à Gaza et en Israël. Forts de cette approche, nous considérons que le boycott global d’Israël ne favorise pas cette stratégie de paix et la coexistence de deux Etats, l’Etat Palestinien et l’Etat d’Israël. Par contre, la CGT s’inscrit totale-ment dans la campagne d’interdiction des produits fabriqués dans les colonies et dans l’obligation de transpa-rence sur l’origine des produits israéliens destinés à l’exportation afin que l’Etat d’Israël soit contraint de res-pecter le droit international.

Enfin, je vous rappelle que la CGT, par la voix de Bernard THIBAULT, alors Secrétaire général, est signataire de l’appel initié par Stéphane HESSEL pour la relaxe des militants poursuivis pour leur participation à des actions de boycott. Ce soutien a été renouvelé le 17 décembre dernier, par une délégation de la CGT, de la LDH, de l’AFPS et de parlementaires auprès de la Ministre Christiane TAUBIRA demandant le retrait des circulaires Alliot-Marie et Mercier. Je tiens à vous préciser que je rendrai ce courrier public et vous prie d’a-gréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

 

 

 

 

Thierry Lepaon Secrétaire général de la CGT

 

 _________________________________________________________________________________

 

 

 

20 mars 2014 projection du film « Route 60 » en présence du réalisateur Alaa ASHKAR.

 

19H au CINEVILLE de LORIENT

 

Un itinéraire au-delà des frontières

 

Un périple poétique dans la vie quotidienne des Palestiniens, en Cisjordanie, à la rencontre de rêves et de passions, de l’espoir et du désespoir. Pour la première fois de ma vie de Palestinien citoyen d’I-sraël, je suis parti pour incarner l’expérience de l’occupation qui, tout au long de ma jeunesse, fut dénaturée

 

Projection suivie d’un débat avec le réalisateur

 

La soirée sera organisée par l’AFPS, le Mouvement de la Paix, Amnesty International, le CRISLA (Centre de Réflexion, d’Information et de Solidarité avec les peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine), le CCFD (Comité Catholique contre la faim et pour le Développement) ______________________________________________________________________________________________ 

 

 

Coopérative Al Sanabel

 

Plus d’infos : http://www.afpslorient.com/categorie-12553878.html

 _______________________________________________________________________________________________

 

 

ETAT DE PALESTINE, QUELLES PERSPECTIVES.

 

 

 

Le 6 février aura lieu à Paris un colloque organisé par l’IRIS (Institut de Relations Internationales et

 

Stratégiques) et la Fondation Gabriel Péri.

 

Thèmes des table-rondes : Les mutations de l’ordre stratégique régional et le conflit israélo-palestinien

 

La solution de deux Etats est-elle encore possible ? ; Palestiniens et Israéliens : deux peuples prêts pour la paix ? France, Europe, Etats-Unis : des acteurs internationaux pour la paix.

 

http://www.iris-france.org/actualite/2014-02-06/programme.php

 

  ________________________________________________________________________________________________

 

 

Ariel Sharon, la fin d’un criminel de guerre

 

Le général Ariel Sharon s’est donc éteint le samedi 11 janvier 2014, après de longues années de coma. Le président François Hollande a publié un communiqué qualifié par Le Point de « lapidaire » : il « a été un acteur majeur dans l’histoire de (...)

 

par Alain GRESH : http://blog.mondediplo.net/2014-01-12-Ariel-Sharon-la-fin-d-un-criminel-de-guerre

 

_________________________________________________________________________________________________

 

La mort de Shulamit Aloni, la « grande femme des rêves » d’Israël

 

Signalé par Pierre Haski, Rue 89

 

Shulamit Aloni, militante israélienne du camp de la paix et des droits civiques, femme politique de gauche plusieurs fois ministre et plusieurs fois démissionnaire, est morte vendredi 24 janvier à l’âge de 85 ans.

 

Dans le quotidien israélien de gauche, Haaretz, le journaliste engagé Gideon Levy trace le portrait de cette militante acharnée des droits civiques, de la paix avec les Palestiniens, et de la laïcité face à la poussée des religieux. Il conclut :

 

« Elle fut la grande femme des rêves, selon le titre d’un roman de Yehoshua Kenaz, le rêve d’une société égalitaire, laïque, démocratique et juste.

 

Elle fut la grande dame de la déception. La plupart de ses rêves ne se sont pas réalisés. Israël a empiré : raciste, ultranationaliste, puissance occupante, théocratique, sa démocratie et l’égalité en ruines.

 

Exactement l’opposé de tout ce qu’elle préconisait. Etait-elle en avance sur son temps ? Absolument pas, elle était là juste au bon moment, mais elle est sans doute partie trop tôt. C’est Israël qui s’est éloigné d’elle, avec des gestes horribles. »

  __________________________________________________________________________________________________

 

 

INFO GAZA

 

Infos Gaza 693

 

Infos Gaza 693 bis

 

Lire la suite : http://palestine33.free.fr/

 

 

 

__________________________________________________________________________________________________

 

 

Campagne Prisonniers

 

Addameer : Les forces d’occupation sont responsables de la vie du jeune Mo-hammad Al-Ezzeh

 

Il s’est réveillé après l’anesthésie, mais reste encore sous assistance respiratoire, il est incapable de parler et malgré son état, les forces spéciales pénitentiaires israéliennes n'ont pas hésité à l’enchaîner à son lit avec des menottes métalliques. L’avocate d’Addameer confirme que les unités spéciales empêchent les parents du jeune de le voir en maintenant une surveillance devant sa chambre. Dans sa requête au tribunal militaire du 25 novem-bre, elle avait insisté sur la nécessité de libérer le jeune Mohammad Al-Ezzeh, son maintien en détention mettant sa vie en danger, en raison des crises d’asthme répétées dont il a été victime. Elle a exigé une visite médicale et un rapport complet sur son état de santé. Elle a reçu le dossier médical lors de l'audience qui s'est tenue le 8 décembre dernier. De son côté, le médecin de la prison militaire d’Ofer, le Dr " Chakman Yisrael », a présenté au début du mois de décembre un rapport, aux termes duquel il considére que la détention du jeune Moham-mad Al-Ezzeh ne présente aucun danger pour sa vie, affirmant que les services médicaux de la prison sont en mesure de lui fournir l’assistance médicale nécessaire.

 

Or l'état de santé de ce jeune s'est détérioré mercredi 18 décembre. Deux jours plus tard soit le 20 décembre, l’administration pénitentiaire a accepté son transfert à l'infirmerie de la prison, qui a recommandé à son tour de le transférer à l'hôpital " Shaarei Tzedek "en raison de la détérioration de son état de santé.

 

Le 23 décembre et malgré l’interdiction, l’avocate d’Addameer Awdeh Zubeidat a pu rendre visite au jeune Al-Ezzeh dans la salle de réveil. Il était encore sous l'effet de l’anesthésie. Bien que sous perfusion et dans un état jugé difficile, il était entouré par trois gardes.

 

Les forces d'occupation israéliennes ont arrêté le jeune Mohammad Al-Ezzeh, 16 ans à son domicile à Bethléem, le 16 novembre 2013, après avoir fait irruption dans sa maison et confisqué la pièce d'identité de son père, qui leur a dit que son fils est asthmatique et que souffrant en plus d’une infection pul-monaire, il doit être traité quotidiennement et ne peut pas supporter les endroits fermés.

 

Le jeune Al-Ezzeh a été transféré directement à la prison d'Ofer où il a subi un interrogatoire durant cinq jours au bout duquel il a été présenté devant le tribunal, le 21 novembre2013. Addameer appelle l'UNICEF et le Comité international de la Croix-Rouge à condamner fermement la détention de mineurs et leur jugement par des tribunaux militaires et à dénoncer les violations répétées par les forces israéliennes d'occupation des droits garantis par plus de 27 conventions internatio-nales.

 

 

Selon –Ma’an- du 26 décembre, l’avocate d’Addameer Awdeh Zubeidat rapporte que le tribunal militaire d'Ofer, décide de libérer aujourd'hui, sous caution de 1500 NIS, le jeune Mohammad Al-Ezzeh et de le condamner à six mois d’emprisonnement avec un sursis de trois ans.

 

L’association Addameer estime que la décision prise par le tribunal de libérer le jeune Al-Ezzeh est arrivée très tard. Bien qu’informé de son état de santé, ce tribunal a permis 33 jours durant de mettre en danger la vie du jeune Al-Ezzeh, en le maintenant dans des conditions de détention déplorables sans tenir compte de son mauvais état de santé, et sans lui fournir le traitement nécessaire.

 

Traduction : Moncef Chahed

 

Coordinateur du Groupe de Travail Prisonniers

 

Association France Palestine Solidarité

  ________________________________________________________________________________________________

 

 

Campagne BDS

 

Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS)

 

L’AFPS est engagée dans la campagne BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) avec ses parte-naires du Collectif national pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens.

 

Nous mettons en oeuvre une campagne unifiée et coordonnée pour imposer des sanctions contre Israël en tant que puissance occupante tant qu’il refuse d’appliquer le droit international, les résolutions des Nations unies et l’avis de la Cour international de Justice concernant le mur d’annexion en Cisjorda-nie, la colonisation constante de la Cisjordanie dont Jérusalem-Est et le siège de Gaza.

 

Dans le cadre d’une nouvelle campagne lancée en janvier 2012, l’AFPS demande à France Télé-com-Orange de rompre son accord avec Partner, entreprise israélienne qui participe à la colonisation

 

Interdiction des produits des colonies

 

Campagne pas d’appui aux colonies, interdiction de leurs produits

 

L’AFPS est engagée dans la campagne « Interdiction des produits des colonies », lancée dans le cadre de la Plateforme des ONG pour la Palestine.

 

De nombreuses déclarations européennes et françaises répètent le caractère illégal des colonies israé-liennes installées dans les Territoires palestiniens depuis 1967 et l’obstacle qu’elles représentent pour une paix juste et durable. Et pourtant, dans les faits les colonies bénéficient des relations économiques entre l’UE et Israël. Ain-si, chaque année les importations de l’UE en provenance des colonies israéliennes en Cisjordanie re-présentent quinze fois plus que celles venant du reste du territoire palestinien occupé.

 

Ces produits issus des colonies entrent sur le territoire européen comme étant « fabriqués en Israël ».

 

L’UE a annoncé pour la fin 2013 la mise au point d’une recommandation pour un étiquetage spécifi-que de ces produits, conforme au droit.

 

La France doit aller plus loin et interdire les produits de ces colonies sur le marché français. http://www.france-palestine.org

 

__________________________________________________________________________________

 

DOSSIERS. Ziad MEDOUKH

 

Ziad Medhouk est Palestinien de Gaza, responsable du département de français à l'université Al Aqsa et coordinateur du Centre de la Paix de Gaza samedi 25 janvier 2014

 

Soutenir la cause palestinienne : oui Donner des leçons aux Palestiniens : non !

 

En commençant j’aimerais préciser que nous Palestiniens, apprécions beaucoup la solidarité interna-tionale avec notre cause juste et noble et que nous comptons beaucoup sur les mouvements de solidarité qui se développent partout dans le monde afin de soutenir les Palestiniens dans leur lutte pour la liberté et pour la paix.

 

Nous sommes convaincus que l’évolution de l’opinion publique internationale dans son soutien à la Palestine, est liée, outre les sacrifices des Palestiniens, aux différentes actions de ces solidaires de bonne volonté et de leurs structures et associations dans presque tous les pays.

 

Lire la suite : http://www.france-palestine.org/La-solidarite-internationale-avec

 

____________________________________________________________________

 

Les Palestiniens lancent un SOS à propos du camp de Yarmouk en Syrie

 

El Watan, mardi 7 janvier 2014

 

Plusieurs centaines de Palestiniens ont manifesté hier à Ramallah en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, appelant à une action urgente pour sauver les réfugiés palestiniens dans le camp de Yarmouk en Syrie d’un danger de mort de la faim.

 

Lire la suite : http://www.france-palestine.org/Les-Palestiniens-lancent-un-SOS

 

________________________________________________________________________________

 

Droits de propriété limités pour les Palestiniens du Liban

 

Irin, samedi 18 janvier 2014

 

Et ensuite ? Après 40 ans passés à Qasmiyeh, Nasra Ali Mohammad, 69 ans, craint d’être bientôt expulsée

 

« S’ils nous chassent, on finira dans la mer », a dit Zahar Sayed Ghadbaan sur le ton de la plaisanterie, sans parvenir à dissimuler tout à fait sa colère. « On a nulle part ailleurs où aller », a-t-elle dit en désignant d’un geste une petite maison de fortune au toit de tôle ondulée.

 

Les Ghadbaan sont l’une des 75 familles du regroupement palestinien - ou campement informel - de Qasmiyeh, au sud du Liban, vivant dans la crainte que leurs maisons soient détruites. À l’instar de bon nombre des quelque 280 000 Palestiniens que compte le pays, ils sont arrivés au Liban en 1948 après avoir été expulsés de chez eux par les Israéliens. Aujourd’hui, 65 ans plus tard, ils sont à nouveau menacés d’expulsion.

 

Suite : http://www.france-palestine.org/Droits-de-propriete-limites-pour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:36



Monsieur Christophe Caillaud-Joos

Directeur général du Palais Brongniart

Palais Brogniart

28, Place de la Bourse 75002 Paris

 

A Paris, le 29/01/2014

 

 

Monsieur le Directeur,

Le Keren Kayemeth Leisrael (KKL), Fonds national juif selon son appel­lation fran­çaise, va dis­poser le 2 février de l’espace du palais Bron­gniart pour mettre en valeur ses acti­vités. Nous tenons à attirer votre attention surhttp://www.france-palestine.org/Lettre-ouverte-au-Directeur-du le caractère à maints égards pro­vo­cateur de cette mani­fes­tation. Sans doute n’y avez-​​vous vu qu’une ini­tiative huma­ni­taire de la part d’un orga­nisme pré­senté comme étant d’intérêt public et à vocation éco­lo­gique au service de tous les Israéliens.

C’est pour nous pro­fon­dément cho­quant compte tenu pré­ci­sément de ses acti­vités réelles. Le KKL a en effet pour objet même l’appui à la colo­ni­sation des terres pales­ti­niennes, avec pour corol­laire la spo­liation et la dépos­session métho­dique de leurs habi­tants. C’est un soutien à une force occupante.

En Israël même, les popu­la­tions bédouines du Néguev sont actuel­lement regroupées sous la contrainte, avec le soutien actif du KKL, dans des « villes réserves » et voient leurs vil­lages détruits dans le cadre d’une poli­tique raciste de « judaï­sation ». Cette poli­tique a suscité de telles réac­tions dans la com­mu­nauté inter­na­tionale et en Israël même, que le Plan « Prawer » la mettant en œuvre à grande échelle a dû être, au moins pro­vi­soi­rement, retiré.

Le KKL qui plantait hier des arbres pour effacer la des­truction des vil­lages pales­ti­niens, continue à le faire aujourd’hui pour neu­tra­liser des terres volées. Il inter­vient aussi direc­tement dans les colonies, sous couvert d’activités édu­ca­tives ou cultu­relles, en finançant par exemple des jardins d’enfants.

La colo­ni­sation est lourde de dangers et menace aujourd’hui gra­vement toute pos­si­bilité de paix réelle entre Israël et Palestine. Pour y apporter un début de réponse, l’Union euro­péenne a établi des « lignes direc­trices » qui excluent de tout finan­cement européen les ins­ti­tu­tions, sociétés ou orga­nismes en lien avec l’entreprise de colo­ni­sation. Une telle mani­fes­tation qui cherche au contraire à lever des fonds pour la faci­liter est d’autant plus cho­quante et injustifiable.

Nous vous demandons, Mon­sieur le Directeur, d’en tirer les consé­quences et de ne pas vous prêter à pareille opé­ration de propagande.

Le président de l’AFPS

Taoufiq Tahani

Repost 0
Published by afpslorient - dans La colonisation
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 16:42
 
Attention ce n’est plus le 8, mais le 15 février à l'Auberge de jeunesse du Ter à Lorient.
 
 
Cette journée sera suivie de 1/2 journées tous les 3 mois sur des sujets touchant le conflit israélo palestiniens.
 
Pourquoi ces initiatives ?
 
 
- Répondre aux interrogations sur l’histoire et les enjeux et trouver des clefs.
 
- Contribuer à donner des moyens d’information et d’analyses à relayer dans nos entourages qu’ils soient personnels ou associatifs.
 
- Dépasser l’émotionnel pour mieux comprendre.
 
- Rétablir certaines vérités loin des à priori dont nous sommes tous victimes à des degrés divers.
 
- Contribuer à développer progressivement des prises de conscience pour que ce conflit connaisse enfin une issue.
 
Bernard Ravenel historien, Président de l’AFPS jusqu’en 2007 et Président de la « Plateforme des ONG pour la Palestine » jusqu’en 2012 et Sylviane De Wan-gen, secrétaire générale de l’AFPS jusqu’en 2009, ancienne Directrice Prési-dente de « France Terre d’Asile », juriste consultante au HCR (Haut Comité des Nations Unies pour les Réfugiés) pendant 5 ans, participeront à cette pre-mière réflexion. Tous deux sont membres du comité de rédaction de la revue « Confluences Méditerranée »
 

 

Au programme :

9h30 à 12h : Exposé historique par Bernard Ravenel suivi d’un débat

12h Repas sur place pour la somme de 10 euros

13h30 à 17h : Exposés entrecoupés de débats sur :

- « La question des réfugiés » par Sylviane de Wangen.

- « Le problème de Jérusalem » : l’enjeu de la Judaïsation, la colonisation.

Bilan de la journée, suites à envisager ici, les prochaines séances, pot de clôture.

 

Inscription à faire uniquement pour le repas qui sera préparé par l’Auberge de Jeunesse

avant le 11 février.

 

 

 

 

Une participation aux frais occasionnés par cette journée, d’un montant libre sera demandée.

 

 

afpspaysdelorient@orange.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Repost 0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 16:27

 

Avec les réfugiés palestiniens assiégés à Yarmouk

jeudi 16 janvier 2014

http://www.france-palestine.org/Avec-les-refugies-palestiniens

Le blocus du camp de réfugiés pales­ti­niens de Yarmouk dure main­tenant depuis plus d’un an. La situation s’y est dra­ma­ti­quement aggravée ces der­nières semaines et il est fait état de la mort par mal­nu­trition et déshy­dra­tation de plu­sieurs dizaines de per­sonnes.

 

           C’est une situation révol­tante et inac­cep­table que dénonce l’UNWRA. L’AFPS a déjà fait par­venir en juin et octobre une aide finan­cière à nos par­te­naires libanais qui accueillent des Pales­ti­niens de Syrie réfugiés au Liban. Elle s’associera plei­nement aux cam­pagnes sur le point d’être lancées avec le Croissant Rouge pales­tinien pour venir en aide aux popu­la­tions civiles assiégées.

 

          D’ores et déjà, elle mobilise son fonds « SOS Palestine » pour faire par­venir direc­tement une aide d’urgence à Yarmouk et appelle ses adhé­rents et amis à y envoyer leur par­ti­ci­pation financière.

 

         Reste que les réfugiés pales­ti­niens sont pris en otage dans un conflit qui n’est pas le leur, l’ensemble des forces poli­tiques et orga­ni­sa­tions pales­ti­niennes refusant de s’y impliquer, à l’exception du FPLP-​​ CG, de longue date soutien déclaré du régime.

 

       L’AFPS ne se taira pas devant un blocus cri­minel et l’utilisation de civils comme bou­cliers humains.

 

        Cette actualité dra­ma­tique nous rap­pelle que, contrai­rement à ce que cer­tains vou­draient croire ou faire croire, la question des réfugiés pales­ti­niens ne pourra être éter­nel­lement éludée. Elle est une clé du conflit israélo-​​palestinien et de l’équilibre régional et ne peut être réglée que sur la base de la réso­lution 194 de l’ONU.

 

    Le Bureau national

Repost 0
Published by afpslorient - dans Les réfugiés
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du PAYS DE LORIENT
  • Le blog  du PAYS DE LORIENT
  • : Pour la création d'un état palestinien
  • Contact

Rechercher

Liens