Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 13:34
 

______________________________________________________________________

Interview de Bernard Ravenel ce matin 19 juillet sur France inter:
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=939164

______________________________________________________________________

Autre Vidéo de Michèle Sibony:

______________________________________________________________________

Manifestations pro-palestiniennes interdites : la LDJ a gagné.

 

 http://www.politis.fr/Manifestations-propalestiniennes,27796.html

La préfecture de police de Paris, sur consigne du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a interdit en milieu de journée la manifestation propalestinienne prévue demain, samedi 19 juillet, entre Barbès et la place de l’Opéra. Une interdiction motivée par « des risques graves de troubles à l’ordre public qu’engendrerait [cette manifestation] dans un contexte de tension accrue », fait valoir la préfecture. Après la déclaration de soutien de François Hollande à l’offensive israélienne, le gouvernement donne ainsi raison aux provocateurs et casseurs de la Ligue de défense juive (LDJ). Il ajoute une erreur politique à la bourde présidentielle.

Les organisateurs de la manifestation, par la voix de leur avocat, Hosni Maati, ont dénoncé une décision « qui s’oppose à une liberté fondamentale » et annoncé l’introduction d’un référé-liberté, c’est-à-dire un recours en urgence devant la justice administrative, dans l’espoir de pouvoir maintenir la manifestation. Si l’interdiction n’était pas levée, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), que cette décision « indigne », a prévenu dans un communiqué qu’il appellerait « tout de même […] à se rassembler pour protester publiquement ».

Pour sa part, la Ligue des droits de l’homme (LDH) estime que cette interdiction « constitue une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle et un déni de réalité ». L'’association conteste en effet fortement que de telles manifestations importeraient le conflit israélo-palestinien, comme l’invoque le gouvernement :

« Exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un État souverain aux frontières aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël, ce n’est pas importer un conflit, c’est inscrire la politique française dans les principes qu’elle prétend défendre », assure la LDH dans son communiqué.

La LDH s’étonne une nouvelle fois de l’impunité dont jouit la LDJ, dont l’implication dans les échauffourées qui se sont produites dimanche dernier, rue de la Rocquette, est avérée :

« À en croire les comptes rendus de presse, les faits en cause ont fait l’objet d’un traitement judiciaire partial, en ne rendant pas compte du rôle de la Ligue de défense juive dans leur déroulement. La LDH a déjà eu l’occasion de s’étonner du traitement de faveur dont bénéficie cette organisation qui n’a jamais caché qu’elle se comporte, à l’encontre de la loi, en milice supplétive de certains partis politiques israéliens membres du gouvernement de M. Netanyahou. »

 

Alors que « des groupuscules pro-israéliens semblent être, eux aussi, à l’origine de violences et d’incitations à la haine » qui ont débouché sur « les débordements de la manifestation de dimanche dernier », le PCF juge « inacceptable que la préfecture renonce à faire respecter l’ordre et préfère faire taire les manifestants plutôt que de les protéger ».

« Le ministère de l’Intérieur doit faire respecter l’ordre public, et non jouer le jeu de ces individus minoritaires dont l’objectif est d’empêcher les manifestants de faire entendre leur appel à la paix et leur soutien au peuple palestinien. »

À Sarcelles, où une manifestation de soutien aux Palestiniens était prévue, dimanche à 15 heures devant la gare de RER Garches-Sarcelles, il aura suffit que la LDJ annonce un rassemblement de soutien à Israël, au même endroit et à la même heure, pour que le gouvernement interdise l’un et l’autre. À la plus grande satisfaction de la LDJ. 

Les réactions:

Col­lectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israé­liens et Palestiniens:

Atteintes à la liberté d’expression

En inter­disant la mani­fes­tation prévue le 19 juillet à Paris en faveur des droits du peuple pales­tinien notre gou­ver­nement est-il en train d’inventer une exception fran­çaise pour ce qui concerne la liberté d’expression ?

On peut le craindre lorsque l’on rap­proche l’exploitation qui a été faite des inci­dents en marge de la mani­fes­tation du 13 juillet à Paris (dont la res­pon­sa­bilité incombe clai­rement à la Ligue de Défense Juive), les décla­ra­tions gou­ver­ne­men­tales rap­portées par la presse, et les inter­dic­tions ou ten­ta­tives des auto­rités admi­nis­tra­tives d’interdire les ras­sem­ble­ments ou mani­fes­ta­tions à Nice, à Paris ou ailleurs, qui étaient appelés en réaction à l’agression israé­lienne contre la popu­lation de Gaza.

Faut-il le rap­peler ? Nous ne tolérons pas, nous ne tolé­rerons jamais, que des paroles ou des actes anti­sé­mites déna­turent nos actions pour le droit inter­na­tional, pour les droits nationaux du peuple pales­tinien, contre la poli­tique israé­lienne et les crimes commis par l’État d’Israël. La loi fran­çaise condamne et réprime les propos et les actes anti­sé­mites : c’est très bien ainsi. Mais tout ce qui va au-delà de la simple appli­cation de cette loi, sous couvert de lutte contre l’antisémitisme ou contre une sup­posée "impor­tation du conflit israélo-palestinien en France", comme les cir­cu­laires Alliot-Marie/Mercier qui ne sont tou­jours pas abrogées, ou les limi­ta­tions du droit de mani­fes­tation, consti­tuent des atteintes insup­por­tables à la liberté d’expression. La seule expression auto­risée, dans l’avenir, serait-elle celle qui est for­matée par les com­mu­niqués du gou­ver­nement israélien, de son armée, de son ambassade en France et de ses relais habi­tuels ? Il est inad­mis­sible de s’abriter der­rière de tels argu­ments pour empêcher des mani­fes­ta­tions paci­fiques demandant l’application du droit inter­na­tional et l’arrêt de bom­bar­de­ments sur une popu­lation civile.

Ceux qui se pré­tendent pom­piers en pro­clamant ver­tueu­sement qu’ils ne veulent pas "importer le conflit israélo-palestinien en France" ne sont-ils pas les pires incen­diaires lorsqu’ils confondent sciemment la lutte contre l’antisémitisme et le soutien à la poli­tique cri­mi­nelle de l’État d’Israël, ou lorsqu’ils cèdent aux pres­sions de Néta­nyahou dans leur prise de position ?

Le Col­lectif National pour une Paix Juste et Durable entre Pales­ti­niens et Israé­liens * demande :

- l’application pleine et entière du droit consti­tu­tionnel de mani­fester en France,

- une enquête impar­tiale et indé­pen­dante sur les inci­dents de la rue de la Roquette

- la dis­so­lution de la LDJ, groupe ultra-violent d’extrême-droite, déjà interdit aux États-Unis.

http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/la-ligue-de-defense-juive-une-milice-aux-methodes-musclees-pourcombattre-l-antisemitisme_649371.html

 

- et toujours l’abrogation des scandaleuses circulaires Alliot-Marie / Mercier

* Agir Contre le Colo­nia­lisme Aujourd’hui (ACCA) - Alliance for Freedom and Dignity (AFD) - Alter­native Liber­taire (AL) - Amé­ri­cains contre la guerre (AAW) - Asso­ciation des Tra­vailleurs Magh­rébins de France (ATMF) - Asso­ciation des Tuni­siens en France (ATF) - Asso­ciation France Palestine Soli­darité (AFPS) - Asso­ciation Nationale des Elus Com­mu­nistes et Répu­bli­cains (ANECR) - Asso­ciation pour la Taxation des Tran­sac­tions finan­cières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) - Asso­ciation pour les Jume­lages entre les camps de réfugiés Pales­ti­niens et les villes Fran­çaises (AJPF) - Asso­ciation Répu­bli­caine des Anciens Com­bat­tants (ARAC) - Asso­ciation Uni­ver­si­taire pour le Respect du Droit Inter­na­tional en Palestine (AURDIP) - Cam­pagne Civile Inter­na­tionale pour la Pro­tection du Peuple Pales­tinien (CCIPPP) - Cedetim / IPAM - Col­lectif des Musulmans de France (CMF) - Col­lectif Faty Koumba - Col­lectif inter­uni­ver­si­taire pour la coopé­ration avec les Uni­ver­sités Pales­ti­niennes (CICUP) - Col­lectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) - Col­lectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) - Comité de Vigi­lance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) - Ensemble - Europe Eco­logie les Verts (EELV) – Fédé­ration des Tuni­siens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) - Fédé­ration Syn­dicale Uni­taire (FSU) - Gauche Uni­taire (GU) - Géné­ration Palestine - La Courneuve-Palestine - le Mou­vement de la Paix – les Alter­natifs - les Femmes en noir - Ligue des Droits de l’Homme (LDH) - Ligue Inter­na­tionale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section fran­çaise de la Women’s Inter­na­tional League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) - Mou­vement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) - Mou­vement Jeunes Com­mu­nistes de France (MJCF) - Mou­vement Poli­tique d’Emancipation popu­laire (M’PEP) - Orga­ni­sation de Femmes Egalité – Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste (NPA) - Parti Com­mu­niste des Ouvriers de France (PCOF) - Parti Com­mu­niste Français (PCF) - Parti de Gauche (PG) - Par­ti­ci­pation et Spi­ri­tualité Musul­manes (PSM) - Une Autre Voix Juive (UAVJ) - Union des Tra­vailleurs Immigrés Tuni­siens (UTIT) - Union Générale des Etu­diants de Palestine (GUPS-France) - Union Juive Fran­çaise pour la Paix (UJFP) - Union Nationale des Etu­diants de France (UNEF) - Union syn­dicale Solidaires

 

http://www.france-palestine.org/Atteintes-a-la-liberte-d

Médiapart:

"C’est une décision rarissime pour une manifestation de ce type : vendredi, le gouvernement a annoncé l’interdiction du défilé parisien de soutien à Gaza, prévu samedi. Au risque de heurter profondément ceux qui avaient prévu de manifester, déjà échaudés par le soutien de François Hollande à l’intervention militaire israélienne et par le rôle d'un groupuscule radical, la Ligue de défense juive."

Pour la première fois depuis le début de la nouvelle intervention militaire israélienne à Gaza, une manifestation de soutien à la cause palestinienne est interdite dans une grande capitale occidentale. Prévu ce samedi à Paris, le rassemblement a été interdit par la Préfecture de police, avec l’accord du ministère de l’intérieur, « au vu des risques graves de trouble à l'ordre public qu'engendrerait sa tenue dans un contexte de tension accrue », a fait valoir la Préfecture. Cette dernière a également annoncé samedi que les personnes se rendant tout de même au rassemblement pourrait être interpellée. En revanche, les manifestations prévues en province (deux ont été interdites en début de ...

 

Communiqué LDH:

Le droit d’exprimer ses opinions pacifiquement,
une responsabilité des pouvoirs publics.

La décision du ministère de l’Intérieur d’interdire une manifestation en faveur des droits du peuple palestinien au motif « de ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France », après avoir autorisé la précédente, constitue une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle, et un déni de la réalité.

 

Exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un Etat souverain aux frontières, aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël, ce n’est pas importer un conflit, c’est inscrire la politique française dans les principes qu’elle prétend défendre.

 

Au moment où la liste des victimes civiles – même si le rappel de la prohibition absolue de tels actes envers toutes les populations civiles s’impose – s’allonge de manière effrayante, il ne sert à rien de tenter d’étouffer le sentiment de révolte que provoque l’intervention militaire israélienne contre la population de Gaza, sauf à vouloir un peu plus accréditer que le gouvernement a fait le choix partisan d’un camp.

 

La LDH entend rappeler avec force que le conflit israélo-palestinien ne peut conduire à assigner à résidence communautaire telle ou telle partie de la population. A ce titre, s’en prendre à des lieux de culte et aux croyants est inadmissible et doit être sanctionné.

 

En même temps, à en croire les comptes rendus de presse, les faits en cause ont fait l’objet d’un traitement judiciaire partial, en ne rendant pas compte du rôle de la Ligue de défense juive dans leur déroulement. La LDH a déjà eu l’occasion de s’étonner du traitement de faveur dont bénéficie cette organisation qui n’a jamais caché qu’elle se comporte, à l’encontre de la loi, en milice supplétive de certains partis politiques israéliens membres du gouvernement de M. Netanyahou.

 

C’est sur les pouvoirs publics que pèse, avant tout, la responsabilité de faire respecter le droit de chacun à exprimer ses opinions pacifiquement et dans le cadre des lois de la République. La paix civile comme le libre débat démocratique ne peuvent être préservés que si les pouvoirs publics ont une attitude claire et impartiale.

 

L'Huma:

Manifestation interdite : à Gaza, c’est l’Humanité qu’on assassine, ici c'est la liberté d'expression que l'on bâillonne !

Alors que la Préfecture de police de Paris maintient l'interdiction de la manifestation de soutien au peuple palestinien, prévue ce samedi, à l'initiative de plusieurs associations et partis politiques de gauche, retour sur le rassemblement pacifique qui s'est tenu mercredi soir sur l’esplanade des Invalides, à l’appel du Collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens.
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du PAYS DE LORIENT
  • : Pour la création d'un état palestinien
  • Contact

Rechercher

Archives

Liens